Sans sourciller (2)

2

890157839_637

As salamou aleykoum mes chères soeurs! Ci-dessous, je vous laisse lire la deuxième partie de la série d’articles intitulé ‘Sans sourciller’. Demain, vous aurez l’occasion de lire la troisième et dernière partie inchaAllah où je vous proposerai quelques solutions. A demain inchaAllah!

Un peu d’histoire, ça vous dirait ?

J’ai entrepris quelques recherches pour vous mes soeurs ! Je suis tombée sur un travail rédigé en anglais sur l’histoire de l’épilation du sourcil. D’où vient-elle ? Quel peuple a commencé à le faire ? Ca paraît étonnant, mais vous allez le lire de vos propre yeux. Je vous ai traduit et résumé ci-dessous ce qui était à la base en anglais. Cette recherche à été entreprise par une dame du nom Wendy Rodewald-Sulz.

Voici le texte traduit

Quand est-ce que les gens n’ont pas fixé leurs regards sur leurs sourcils ? Des pharaons égyptiens qui noircissaient leurs arcades avec du khôl à la femme de la haute bourgeoisie du 17e siècle qui avait de faux sourcils très hauts. Des vas-et-viens de la mode actuelle entre les extrêmes de la décoloration et les sourcils foncés. La culture a depuis longtemps prisé les sourcils dans ses différentes formes sans limites – et ils n’étaient pas toujours si jolis que ça.
Epiler comme un Egyptien?

Aussi bien les hommes que les femmes de l’Egypte Antique se maquillaient les yeux en signe d’hommage à leur divinité horus afin de repousser les esprits du mal et les maladies. Les sourcils étaient, évidemment, une partie de l’apparence. Accompagnés de deux yeux maquillés au khôl, les sourcils rasés ou épilés étaient foncés avec de la poudre grise ou noire à base de galène, un minéral à base de plomb. Le buste de Nefertiti (1345 avant JC) […] montre l’épouse du pharaon avec des sourcils foncés arqués. Et selon des récits de première main de l’historien grec Hérodote, lorsqu’un chat mourait dans une maison privée en Egypte antique, tous les habitants de cette maison se rasaient les sourcils.

Des sourcils classiques

Les habitants de la Grèce Antique avaient leurs propres rituels étranges. Les femmes utilisaient des minéraux en poudre ou de la suie pour peindre leurs sourcils en noir, et elles semblaient avoir une préférence pour un seul sourcil (bien que principalement, c’étaient les prostituées qui se peignaient le visage). Les sourcils étaient également une partie de rituels de beauté chez les Romains, et comme les Grecs, ils optaient pour un seul sourcil. Les poètes et écrivains des deux cultures décrivaient les femmes se fabriquer de faux sourcils dans le but de mettre en valeur leur apparence. Ils étaient faits à base de poils de chèvres mortes et fixés sur le visage avec de la résine d’arbre.

Le sourcil unique

Pour le concept de beauté occidental, ceci pourrait être une grande tâche dans le concept de beauté, cependant, le sourcil unique fut prisé par les cultures à travers l’histoire. Une mosaïque datant de l’an 548 ACN représente l’impératrice byzantine Théodora, épouse de Justinien, avec des yeux tracés au khôl et un sourcil unique bien prononcé. Pendant le règne de la dynastie iranienne Qajar (1785-1925), les sourcils liés étaient considérés comme beaux, et le peintre mexicain Frida Kahlo (1907-1954) exagérait même son propre sourcil dans ses auto-portraits. […]

Le sourcil dans la court royale japonaise

Durant la période impériale de Heian au Japon (794-1185), la norme de beauté de la court rappelant les longs cheveux noirs de Rapunzel était accompagné de visages poudrés blancs, des dents noircies, des lèvres rouges, des sourcils rasés et redessinés très haut sur le front dans un style brumeux, ressemblant à des petits nuages.

Les anciens sourcils

Les sourcils fins étaient le dernier cri durant les temps médiévaux en Europe, où les femmes préféraient un look pale d’intellectuelles, et s’épilaient les sourcils afin de pouvoir atteindre cette apparence. La mode se prolongea durant le règne de la Reine Elizabeth I, dont les sourcils réduits et épilés totalement mettaient en valeur son front bombé et ses traits du visage pâles, qu’elle peignait avec la céruse composée de plomb blanc toxique. Durant les années 1600, les sourcils des enfants étaient frottés avec de l’huile de noix afin d’empêcher la pousse de poils.

17e et 18e siècles

Durant les 17e et 18e siècles, les sourcils épais ont fait leur retour. Les mêmes femmes qui avaient de fausses mouches vues comme une marque de beauté, convoitaient les sourcils touffus. Certaines fixaient sur leur visage de faux sourcils fabriqués avec de la fourrure de peau de souris, habituellement très haut sur le front, leur donnant une expression narquoise.

Une industrie est née

Le tournant du vingtième siècle a apporté des cosmétiques commerciaux, y compris les remplisseurs de sourcils. En 1919, T.L. Williams fabriqua son ‘Lash-Brow-Ine’ (souligneur de cils-sourcils), inspiré par l’habitude de sa soeur Mabel qui s’appliquait de la vaseline mélangée à de la poudre de charbon dans le but de mettre en avant ses sourcils et cils. Le produit s’appellera plus tard Maybelline.

Les sourcils parlent

De l’âge d’or aux films muets à travers les années 1930, les sourcils foncés très fins apparaissaient à l’écran – tout ce qu’il leur fallait pour transmettre l’émotion aux caméras […].

Nouveau look, nouveaux sourcils

Durant les années 1950, Le Nouveau Look de Dior ordonnait d’être porté avec un visage garni avec un maquillage d’yeux ailés […].

Le style des année 60′

Sourcils rasés et redessinés avec des détails de charbon. Les sourcils très noirs étaient également à la mode.

Les années 80′

Pendant les années 80, les sourcils se sont éclaircis, mais sont revenus en force dans les années 80 avec le look ‘touffu’.
Quelques fois visibles, quelques fois non

Dans les années 90′, les sourcils ont pris toutes les formes et tailles. Des arquées aux minces et même aux sourcils complètement rasés et non redessinés.

Dans les années 90′

Depuis les années 90, les sourcils sont apparus alternativement grands et épais, et épais ou décoloré. Les sourcils ‘négligés’ faisaient également leur apparition dans les éditoriaux de modes – parfois tous deux durant la même saison. […].

Un nouvel idéal ?

Récemment, le chirurgien esthétique Jeffrey Epstein donna un reportage au New York Post dans lequel il souligna le fait que chaque mois, entre 12 et 15 femmes lui payent $8,000 pour une transplantation de sourcils dans le but de ressembler à une actrice célèbre.

L’effet du sourcil bas ?

La tendance générale des 60 dernières années fut celle de l’égalité des sourcils. Pour une étude publiée dans le journal ‘La Chirurgie esthétique clinique’, des chercheurs ont analysé des images de top modèles et actrices des années 1946 à aujourd’hui. Ils en ont conclu que les sourcils des femmes se sont graduellement retrouvés de plus en plus bas et étaient moins arqués – essentiellement de plus en plus similaires à ceux des hommes.

Aujourd’hui

Et au printemps de l’année 2013, le sourcil masculin fut de plus en plus présent, ce qui signifie que nous avons tous le droit d’exercer notre droit de ne pas épiler nos sourcils.

Fin du texte traduit.


Commentaire d’Oum Soumeyya:

Mes soeurs, vous rendez-vous compte? La ‘mode’, le nouveau dieu adoré par beaucoup, joue avec les femmes et les transforme pour les guider vers un chemin duquel elles ne pourront plus sortir. Notre repère à nous n’est pas la mode! Sommes-nous si faibles que ça? Qu’Allah nous préserve de cette industrie de la mode dans laquelle certaines (et beaucoup trop!) de nos soeurs musulmanes sont tombées. En épilant tes sourcils, te rends-tu compte que tu ressembles aux Egyptiens qui les épilaient pour vouer un culte à leurs divinités? Ta tenue n’est pas en accord avec ta foi ma soeur. Tes sourcils épilés sont le paradoxe qui se trouve sur ton visage. Qu’Allah nous préserve de ressembler aux autres…

Demain, dernière partie de cette série d’articles inchaAllah.

Partagez.

À propos de l’auteur

2 commentaires

  1. Selam aleykoum. Il est intéressant de bénéficier d’une revue historique à ce sujet. Cela permet de se rendre compte à quel point les personnes peuvent se conformer à ce qui est imposé comme une « norme », communément appelée la « mode ». Qu’Allah nous préserve de ces tendances éphémères et contraires à l’Islam! Amine.

    • Wa laeyki selam wa rahmatoullah wa barakatou Minikkelebek,

      Tu as tout à fait raison. Ceci ne concerne pas seulement les sourcils, prenons l’exemple de la jupe: longue une fois, très courte une autre fois, mi-longue ensuite… On joue avec les femmes, et elles ne s’en rendent même pas compte… Amine à ton invocation!

Laisser un commentaire