L’éducation à la pudeur de nos enfants. Oui, mais comment? | Adem GÜNES

14
Crédit photo: Dekorguru

Crédit photo: Dekorguru

As salamou aleykoum mes chères lectrices! Aujourd’hui, vous aurez la possibilité de lire un autre passage du livre publié en janvier 2014 du célèbre pédagogue turc musulman Adem Günes. Ses conseils valent de l’or. Je les ai traduits rien que pour vous! ))

Bonne lecture!


L’éducation à la pudeur de nos enfants. Oui, mais comment ?

L’éducation à la pudeur de nos enfants ne peut pas se faire sur base de conseils ou de menaces. La réelle éducation à donner à nos enfants dans le but de les protéger de tout danger concernant leur propre corps est appelée « les réflexes comportementaux de base ». Nos grands-parents appelaient ce concept compliqué le ‘sentiment de décence’. Cependant, il est triste de remarquer que les parents d’aujourd’hui n’ont aucune connaissance concernant l’acquisition et l’apprentissage de ces réflexes comportementaux de base à leur enfant, qui ont une importance vitale.

Un enfant qui aura acquis ces RCB (réflexes comportementaux de base) pourra se protéger de tout danger qui pourrait le menacer, même avec un simple réflexe. Même si l’enfant ne saura pas la signification de ces comportements extérieurs anormaux pouvant le menacer, il se sentira mal et voudra s’éloigner de cet endroit.

À quel âge et comment inculquer ces réflexes comportementaux de base à nos enfants ?

Les réflexes comportementaux de base s’apprendront dans la tranche d’âge qui se situe entre 4 et 7 ans. Voici ci-dessous la méthode et le chemin à suivre :

  • la conscience du ‘mon corps m’appartient’ : un enfant doit se rendre compte qu’il est un être à part entière, que les adultes qui l’entourent sont eux aussi des êtres à part entière, différents de lui. À partir du moment où l’enfant atteint l’âge de 4 ans, les parents doivent pouvoir lui expliquer que son corps lui appartient. Durant cette prise de conscience et cette période d’apprentissage, les parents sont dans l’obligation de demander la permission à l’enfant lorsqu’ils doivent toucher le corps de leur enfant pour n’importe quelle raison. Par exemple : lorsque votre enfant a transpiré,vous ne devez en aucun cas lui enlever ses vêtements sans son autorisation ; si votre enfant a uriné par accident sur son pantalon, celui-ci ne doit jamais être enlevé brusquement et sans son autorisation. Avec le temps, l’enfant s’habituera à ces ‘demandes d’autorisation’ et dans le cas ou une chose serait faite sans lui demander cette permission, il se sentira mal à l’aise.

  • La conscience du ‘tu peux me toucher si je t’y autorise’ : afin de transmettre cette conscience à l’enfant, il faut absolument éviter d’être brutal avec votre enfant. Par exemple, le fait de demander à l’enfant ‘Puis-je te faire un bisous ?’ joue un rôle essentiel dans cette prise de conscience. Le fait que l’enfant soit manipulé brutalement par tout le monde sans son autorisation sont des éléments qui ne lui feront pas gagner des réflexes comportementaux de base.

  • Le réflexe du ‘mes parties interdites au toucher’ : à partir de 4 ans, les enfants doivent se sentir gênés du fait que l’on touche certaines parties de leur corps. Le toucher de leurs parties génitales doivent être particulièrement suivis d’une réaction immédiate. Pour que cette prise de conscience puisse être apprise par l’enfant, il faut éviter au maximum le contact avec les parties génitales de l’enfant. Les amis, la famille et les connaissances ne doivent surtout pas taquiner l’enfant en embrassant par exemple les fesses de l’enfant ou en tapotant ou caressant ses parties intimes.

  • Le réflexe de ‘résistance à la pression physique’ : plus un enfant grandit, plus il comprend qu’il est faible par rapport à la force d’un adulte. Les parents ainsi que la famille doivent absolument éviter d’utiliser une force disproportionnée lors des câlins qu’ils font à l’enfant, bien que ceci signifie pour eux une marque d’amour. Les parents doivent apprendre à l’enfant que lorsqu’on utilise une force contre lui, celui-ci doit réagir et montrer son mécontentement d’une façon ou d’une autre. Ainsi, lorsque l’enfant a une réaction inapproprié dans certaines situations, il ne faut surtout pas le calmer avec une force disproportionnée. Au contraire : il faut montrer à l’enfant que sa résistance sert à quelque chose.

  • Le sentiment du ‘mon corps ne doit pas être vu’ : à partir du moment où un enfant sait marcher, il ne doit jamais être laissé nu. L’enfant doit se rappeler de toute son enfance ayant les parties génitales couvertes. Surtout à partir de 4 ans, un enfant ne doit jamais se trouver nu aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la maison. Il faut lui donner la possibilité d’enfiler et de retirer ses vêtements par lui-même. Un enfant qui n’aura pas l’habitude de se trouver nu devant les autres sera très mal à l’aise lorsque quelqu’un d’autre essayera de lui enlever son vêtement.

  • La conscience du ‘ne pas être totalement nu dans la salle de bain’ : afin que l’enfant puisse acquérir ce réflexe comportemental de base, à partir de 4 ans, il ne doit aucunement se trouver dans la salle de bain en présence de ses parents en étant tout nu. De plus, lorsque vous lavez votre enfant, faites en sorte qu’il garde toujours sa culotte. Ainsi, il aura appris dans la pratique ce que vous lui apprenez en théorie : ne pas montrer ses parties génitales.

  • La conscience du ‘personne d’autre n’a le droit d’entrer aux toilettes avec moi’ : certains parents entrent aux toilettes avec leurs enfants ou laissent la porte entrouverte pour différentes raisons. Ce comportement empêche l’acquisition du réflexe comportemental de base. Quelle qu’en soit la raison, lorsqu’un enfant atteindre l’âge de 4 ans, il doit apprendre que les toilettes sont un lieu ‘privé’ ; il doit savoir que la personne qui est en train de faire ses besoins ne doit pas être vue pas d’autres. L’enfant ne doit pas s’habituer à ne pas se sentir mal lorsqu’une autre personne se trouve aux toilettes en même temps que lui ; il ne doit aucunement s’habituer à ne pas réagir aux personnes qui verraient ses parties génitales.

  • La règle du ‘être seul lorsque l’on s’habille et se déshabille’ : à partir de l’âge de 4 ans, l’enfant doit pas à pas s’éloigner du laisser paraître de ses parties génitales à autrui. Ainsi, un enfant ne doit pas être changé devant les autres. Un enfant doit, dans la mesure du possible, se changer lui-même, dans un endroit où il ne sera pas vu par d’autres personnes. Si l’enfant n’est pas encore capable de se changer lui-même, dans ce cas, il faut que la mère se dirige avec l’enfant dans une autre pièce et là, elle changera son enfant.

  • La règle du ‘si je t’y autorise, tu peux entrer’ : l’enfant peut grandir autant qu’il veut, il sera toujours un enfant aux yeux de sa maman. C’est la raison pour laquelle, lorsqu’elle entre dans la chambre de son enfant, elle ne pense pas une seconde qu’elle doit demander la permission pour entrer. Cependant, lorsque l’enfant atteint l’âge de 4 ans, la règle du ‘si je t’y autorise, tu peux entrer’ doit entrer en scène. Les parents doivent demander la permission avant d’entrer dans la chambre de l’enfant. Malgré tout, si les parents tombent par maladresse sur leur enfant qui est en train de s’habiller, il faut directement s’excuser et sortir en fermant la porte. Ce comportement de la part des parents est important dans le but de faire gagner à l’enfant cette notion de respect de la personnalité de l’enfant , et le fait de le pousser à s’opposer lorsqu’une situation dérangeante se présenterait à lui.

Traduit par: Oum Soumeyya

Source : Adem GÜNES, Cocuk Terbiyesinde Dogru Bilinen Yanlislar, Nesil Yayinlari, Istanbul, 2014, pp.151-155.

Partagez.

À propos de l’auteur

14 commentaires

  1. As salam Alaykoum !

    J’ai une petite question. Si je comprends bien on devrais mettre une réelle distance avec l’enfant ? Je suis d’accord avec l’idée mais je ne comprends pas le fais de demander la permission … Est ce que l’enfant deviendra malpoli après ?
    Merci

    • Wa aleykoum selam wa rahmatoullah wa barakatouh Ami!

      En fait, le but de l’application de toutes ces règles, c’est d’apprendre à l’enfant à être pudique. C’est-à-dire que ça lui apprendra à ne pas montrer son derrière à tout bout de champ, à ne pas jouer avec ses parties intimes, être conscient que ce concept d’intimité existe… etc. Ce sont des tuyaux qui lui feront comprendre cela.

      Concernant le fait de demander la permission: tu veux parler des bisous? ou d’entrer dans sa chambre?

  2. Non, il ne sera pas impoli si tu ne lui demandes pas la permission. Mais en tant que parents, notre rôle est d’apprendre à nos enfants à se comporter correctement et de pouvoir mettre des limites avec chaque personne. Notre psychologue est mieux placée pour répondre, j’espère qu’elle fera un petit tour pour répondre aussi inchaAllah ))

    Lorsqu’on veut apprendre quelque chose à notre enfant, il est recommandé de faire cette chose soi-même d’abord. Ca aura plus d’impact. C’est comme prier devant l’enfant depuis qu’il est tout petit. Pour lui, ça sera tellement évident qu’il voudra son propre tapis et voudra prier avec toi. En ce qui concerne la pudeur, c’est la même chose: si tu frappes à la porte de sa chambre avant d’entrer, tu lui auras appris deux choses. Premièrement: il faut frapper avant d’entrer et entrer quand on te donne la permission (il fera de même lorsqu’il voudra entrer dans ta chambre). Deuxièmement: on ne regarde pas une personne qui est en train de s’habiller, et si on a vu quelque chose sans faire exprès, eh bien on baisse les yeux, on s’excuse et on sort.

    Concernant les bisous: en tant que maman, ça te paraît bizarre bien sûr. Et je te comprends tout à fait. C’est ton enfant, si tu as envie de l’embrasser, montrer de l’affection, tu te dis que c’est bête de lui demander la permission. Mais en fait, en faisait ainsi, tu lui apprends qu’avant, tu ne lui demandais pas sa permission, mais maintenant, comme il/elle a grandi, tu lui demandes la permission et lui fais prendre conscience que tout le monde ne peut pas l’embrasser. C’est tout un apprentissage. Ainsi, l’enfant comprendra que ce n’est pas permis d’embrasser quelqu’un sans avoir son autorisation. Si on le fait, on aura porté atteinte à sa pudeur. Le bisous est symbolique dans la vie de l’enfant. Ca lui apprend à mettre des limites avec tout le monde, et aussi les étrangers. Quand tu n’es pas là, que ton enfant est dehors: il saura dire non, refuser et se défendre. Tu lui auras inconsciemment fait passé ce message: ‘si même ma maman me respecte et me demande la permission,c’est que les autres doivent aussi le faire’. Ca ne concerne pas juste ton enfant, mais bien ton neveu, ta nièce, les enfants de tes amies, etc.

    J’espère que ma réponse t’a éclairci inchaAllah? ))

  3. Assalamou ‘alaykoum.
    Des conseils en or comme c’est dit plus haut, qui valent plus que de l’or je dirai.
    Qu’Allah nous aide à bien éduquer nos enfants! Qu’Allah te récompense!

    • Wa aleyki selam oukhty! Le titre est ‘les erreurs commises durant éducation des enfants’ (titre original mentionné sous l’article), il est en turc en fait. Et comme il est très intéressant, je vous traduis des passages parce que je ne connais pas de pédagogue musulman francophone.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.