Le choix des vêtements et l’éducation à la pudeur (2) | Adem GÜNES

8
Meryem E. ©

Oum Soumeyya ©

Que faire si l’enfant n’apprécie pas l’alternative de tenue que nous lui avons proposée ?

Parfois, les enfants montreront une vraie résistance face aux vêtements choisis par les parents. L’enfant insistera sur son propre choix. Que faire dans ce cas-là?

  • éloigner l’enfant de cet endroit en refusant catégoriquement son choix ?

    OU

  • acheter le vêtement même si les parents ne l’approuvent pas ?

Notre conseil va dans le sens de l’achat du vêtement. Si l’enfant vit un rejet catégorique et forcé du vêtement qu’il désire, le problème sera probablement résolu pour ce moment-là. Cependant, dans les années à venir, l’enfant aura toujours ce désir en lui pour ce genre de vêtement.

Il faut acheter le vêtement que l’enfant désire avec insistance, néanmoins, il faut souligner ceci : le vêtement doit être acheté si et seulement si l’enfant accepte de faire un accord avec les parents. L’accord entre les parents et l’enfant peut être fait comme suit :

‘Ma chérie, si tu veux vraiment ce vêtement, nous allons l’acheter, mais nous allons faire un accord ! Tu pourras uniquement porter ce vêtement à la maison et durant des heures précises. Par exemple, le matin de 10 à 12h, tu porteras ce vêtement, et puis tu devras porter tes vêtements habituels. Qu’en penses-tu ?’

Le point important de cet accord : l’enfant pourra porter le vêtement qu’il désire à la maison et dans un cadre familial, mais lorsqu’il sortira, il devra apprendre à porter des vêtements qu’il aura choisi avec ses parents. Le deuxième point est le suivant : l’enfant prendra conscience que, tout compte fait, ce vêtement qu’il aura pu porter durant des heures bien déterminées et qu’il aura du enlever n’est pas vraiment un vêtement si séduisant que cela. Les étapes fatigantes par lesquelles il devra passer pour pouvoir porter ce vêtement feront naître une froideur envers ce vêtement.

L’exemple cité ci-dessus est aussi valable pour les garçons. C’est-à-dire que le vêtement sera acheté dans le cadre d’un accord bien défini, et la règle que celui-ci pourra être porté durant des heures déterminées à l’avance sera appliquée.

A quel âge débuter l’éducation à la pudeur et comment continuer ?

Comme nous l’avons stipulé plus haut : puisque l’éducation à la pudeur commencera par une éducation sentimentale, celle-ci doit débuter très tôt. Le point important est que l’enfant doit être entré dans la phase de développement sentimental. Cette période tombe environ à l’âge de 2 ans. Autrement dit, pendant cette période durant laquelle l’enfant commencera à faire usage de son monde sentimental, nous passerons à la deuxième étape de cette éducation à la pudeur.

Nous appelons ceci ‘la deuxième étape’ parce que durant la période avant les 2 ans, les bébés ont un talent visuel et d’imitation très développé. Ainsi, ce sentiment de pudeur est uniquement artificiel. Durant l »éducation à la pudeur avant 2 ans, il ne faut avoir des attentes ni rationnelles ni sentimentales, et il ne faut pas trop se tracasser même si l’enfant a certaines exigences différente des nôtres.

Le fait que l’enfant soit promené tout nu dans la maison, ou alors qu’on lui change ses couches devant tout le monde sont des éléments qui endommageront l’éducation à la pudeur avant 2 ans.

Après 2 ans, l’éducation à la pudeur doit être centrée sur les sentiments. Par exemple, dire à l’enfant : ‘Comme tes vêtements sont décents !’ ou alors ‘ces vêtements ressemblent beaucoup aux vêtements que ta maman porte!’ , encourageront sentimentalement l’enfant. Ainsi, avec ce genre de remarques, l’attention de l’enfant sera attirée sur un point et en plus, l’enfant se sentira sentimentalement plus proche d’un certain type de vêtements. Néanmoins, nous nous devons de vous rappeler que les enfants de 3 ans et demi vivent une période que l’on appelle ‘mini-adolescence’ et leurs exigences et souhaits vont parfois à l’extrême.

Ce que les parents doivent faire lors de cette période, c’est d’arriver à un accords avec leurs enfants. Il faut trouver un compromis sur un vêtement que l’enfant et les parents apprécieront. Si l’enfant n’accepte aucune des alternatives proposées par ses parents, qu’il persiste à vouloir uniquement ce que lui désire, ce vêtement désiré par l’enfant sera acheté. Cependant, chaque fois qu’il voudra le porter, il faut lui mettre des barrières et des obstacles. Par exemple, si le vêtement qui lui est acheté s’est sali, il faut directement le mettre dans le lave-linge. Le temps de le laver, le sécher, le repasser prendra quelques semaines. Ainsi, de cette manière, vous empêcherez l’entrée de ce genre de vêtement dans la vie de votre enfant.

Lorsque votre enfant aura atteint un âge plus avancé, vous devrez avoir une conversation plus rationnelle avec lui. Vous devrez souvent lui rappeler que chaque famille a des normes, valeurs et principes. Vous devrez lui faire ressentir que lui aussi est un membre de cette famille. Ainsi, l’enfant continuera sa vie en apprenant les règles de la famille dont il fait partie. Dans le cas où l’enfant est attiré par des jouets, vêtements, etc. qu’il voit chez d’autres enfants, vous devrez chaque fois y trouver des alternatives.

À ce stade, il me semble primordial de souligner un point essentiel. Ceci concerne le fait d’encourager les filles à porter le hijab quand elles seront plus grande, sans avoir de difficulté à faire le premier pas.

Pour que ceci puisse se réaliser, l’enfant devra régulièrement avoir durant son enfance un accessoire qui décorera ses cheveux. À titre d’exemple, nous pouvons vous encourager à lui porter sur sa tête un genre de bandana (tout comme ceux présents au cou des scouts). Ceci facilitera grandement le premier pas vers le hijab.

Traduit par: Oum Soumeyya

Source : GÜNES Adem, Cocuk Terbiyesinde Dogru Bilinen Yanlislar, Nesil Yayinlari, 2014, Istanbul, s. 156-163.

Partagez.

À propos de l’auteur

8 commentaires

  1. ?????? ????? ????? ???? ???????
    BarakAllah ofiki okhty pour cette traduction en particulier, mais aussi pour tous les bons conseils que l’on peut trouver sur ton blog. Ce passage sur l’éducation à la pudeur est vraiment très intéressant et très instructif, j’imagine que le livre l’est d’autant plus, en tout cas un grand merci pour ce partage et le temps que tu y consacres qu’Allah te récompense ma sœur

    • Wa aleyki selam wa rahmatoullah wa barakatouh ma soeur Assya,

      Bienvenue sur le blog d’Oum Soumeyya et barakallahou fiki pour ton commentaire!

      Les partages et traductions se font avec plaisir! J’espère inchaAllah que l’auteur traduira ses livre en français. Ils sont uniques et chaque conseil qu’il nous donne est un trésor pour les familles musulmanes. Je l’ai contacté pour ces possibles traductions, j’attends une réponse. InchaAllah il me répondra malgré toutes ses occupations.

  2. Wa fiki barak merci pour l’accueil plus je découvre le blog et plus je l’apprécie ! Il est dans mon top 10 :) En tout cas ce serait génial que l’auteur traduise ses livres, cela pourrait aider beaucoup de familles françaises, car les conseils sont concrets et correspondent bien à notre époque. C’est de plus en plus difficile de préserver sa religion et sa famille des fitnans, donc l’éducation est une cause primordiale pour avancer dans la religion avec nos proches et nos enfants :)

  3. Salam ‘alayhi wa rahmatullah wa baraqatuh
    Tant mieux alhamdulillah ! Si c’est ce que je pense je suis preneuse pour en commander un à l’avenir inshAllah :)))

  4. Salam aleikoum oukhti,
    Qu’Allah ta’alaa te récompense, article très intéressant machaAllah, j’ai pris mon bloc-note ;)
    On attends le prochain livre d’Adem GÜNES traduit par Oum Soumeyya inchaAllah ;)
    Hafidakillah

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.