La jalousie entre frères et soeurs | Ali Cankirili (3)

0
Crédit photo: Trendce

Crédit photo: Trendce

As salamou aleykoum mes chères soeurs!

Aujourd’hui, nous aborderons la 3e partie de notre série intitulée ‘La Jalousie entre Frères et Soeurs‘. Un thème important qui nous évitera de commettre des erreurs qui pourraient avoir un impact négatif sur le comportement de nos enfants.

Bonne lecture à vous toutes! N’oubliez pas de prendre des notes dans votre petit carnet ))

(Pour celles qui n’auraient pas encore lu la 1ère et 2e partie, c’est par ici:

La jalousie entre frères et soeurs | Ali Cankirili (1)

http://oumsoumeyya.com/2014/12/31/la-jalousie-entre-freres-et-soeurs-ali-cankirili-2/)


Suite:

  • Durant les disputes entre frères et soeurs, les parents doivent porter une attention particulière aux points suivants :

            1. les parents ne doivent jamais prendre le rôle d’un arbitre lors des disputes de leurs enfants. Bien que les parents essayeront de tout mettre en oeuvre pour être objectifs, un des enfants pensera tout de même que son père/sa mère le/la protège et choisit le camp de l’autre. Lorsque les parents se mêlent à la dispute de leurs enfants, les enfants commenceront à s’accuser mutuellement et ils tenteront d’intégrer leurs parents dans la dispute.

            2. Les parents ne doivent jamais poser la question ‘Qui a commencé ?’ après une dispute entre leurs enfants. Les parents peuvent faire tout ce qu’ils veulent, ils n’auront pas la réponse à cette question, puisque pour se défendre, l’un va avancer que l’autre a débuté la dispute ; les pics et querelles continueront à l’infini.

            3. Il ne faut jamais protéger le plus petit de vos enfants en pensant qu’il est ‘écrasé’ par le plus grand. Si le petit ressent le soutien de ses parents, il ne voudra jamais trouver un compromis avec le grand. Durant les plus petites disputes, il lancera un cri et viendra trouver ses parents et laissera le grand dans une situation difficile. Le grand détestera donc le petit qui est le petit protégé de ses parents. Tant qu’il n’y a pas de violence physique et blessures, les parents ne doivent pas se mêler aux disputes de leurs enfants. Si le plus jeune n’est pas protégé par ses parents, il se sentira obligé de trouver des solutions avec son frère/sa soeur, et le nombre de disputes diminuera inévitablement.

            4. Lorsque vos enfants se lancent des petits pics et se disputent verbalement, faites comme si vous n’avez rien entendu et rien vu. Attendez qu’ils règles seuls leur mésentente. Sauf si les enfants utilisent des injures et de la violence physique : dans ce cas, intervenez. Séparez-les sans prendre en compte celui qui aurait raison/tort. Envoyez vos enfants dans des pièces différentes. Et s’ils ripostent, donnez l’explication suivante : ‘Le sujet n’est pas ‘qui a raison, qui a tort’, le problème est le fait que vous vous insultez et faites appel à la violence pendant vos disputes. Et pour cette raison, je vous envoie dans des chambre différentes‘.

            5. La meilleure façon d’éviter les disputes entre frères et soeurs, c’est de leur apprendre à partager et aider l’autre dès leur plus jeune âge. Un enfant qui n’a pas de frère/soeur, qui n’a pas d’amis, qui ne sort jamais pour jouer, et qui passe toutes ses journées avec les adultes de la famille n’apprendra jamais à partager et aider l’autre. Les parents qui voient leurs enfants se disputer pensent que leurs enfants ne s’aiment pas. En réalité, ceci n’a rien à voir avec l’amour. Vous verrez que des enfants qui se sont séparés après une dispute se manquent. Et lorsqu’il verra qu’un enfant étranger embête son frère/sa soeur, il défendra son frère/sa soeur, et se disputera pour lui/elle.

            6. Les enfants apprendront à respecter les adultes en le vivant dans leur propre famille. Si un enfant voit que ses parents respectent les adultes et les plus âgés de la famille, que les parents demandent des conseils aux plus grands de la famille, les enfants respecteront eux aussi leurs frères et soeurs, les adultes.

            7. Des fois, les enfants ne pourront pas régler leurs problèmes en parlant, ils viendront donc demander l’aide de leurs parents. Dans ce cas, les parents se doivent d’être objectifs et doivent garder leur sang froid : ils doivent écouter les deux parties, et avec des petits tuyaux, ils doivent faire en sorte de faire trouver la solution aux enfants.

  • La différence d’âge entre les enfants joue un grand rôle lors des disputes : les enfants qui ont une très petite différence d’âge sont ‘obligés’ de passer leurs journées ensemble, parfois du matin au soir. Ils sont obligés de partager beaucoup de choses. Durant cette période, il est normal que des conflits aient lieu et que ces conflits se transforment en disputes. Il faut noter que leurs disputes ne durent pas très longtemps : ils boudent rapidement, mais il ‘font la paix’ rapidement aussi. Les parents qui voient leurs enfants (petits) se disputer peuvent leur conseiller en leur donnant des tuyaux de solution du genre ‘Mohammed, veux-tu s’il te plaît rendre le jouet de ton frère, et demande-lui si tu peux lui emprunter son jouet‘.

  • La violence est un comportement qui s’apprend. Si dans la famille, tout comportement fautif est punit, et que l’enfant est victime de violence physique (gifles, coups,…), ce même enfant utilisera les mêmes moyens violents lorsqu’il ne s’entendra pas avec ses frères et soeurs ou amis.

  • Certains parents pensent qu’il est bon de se comporte d’une façon ‘égale’ avec tous leurs enfants. Par exemple, ils achèteront les mêmes vêtements à leurs jumeaux/enfants, les mêmes chaussures, les mêmes jouets. Ils leur feront la même coupe de cheveux. Les parents oublient une chose primordiale: même s’ils sont frères/soeurs, ils sont différents. Les enfants qui sont différents de part leur création le sont aussi dans leurs goûts, choix et leurs intérêts. Il n’est pas correct de mettre dans le plat de la nourriture à part égale pour tous les enfants en leur disant ‘tu dois terminer tout ceci’. Il n’est pas appétissant de manger d’une chose que l’enfant n’aime pas forcément. Pour l’un de vos enfants, ça sera son plat préféré, pour l’autre non. Lorsque les parents achètent une chose à leur enfant, ils doivent leur donner la possibilité de choisir. Donner à un enfant le plaisir de choisir, c’est donner une importance à sa personnalité, lui accorder de l’importance en tant qu’humain.

  • Certains parents croient que si toutes les demandes de leurs enfants sont acceptées, ils seront heureux. Ceci n’est pas correct. Si vous achetez une chose à votre enfant sans prendre en compte le fait qu’il l’ait mérité ou non ou qu’il en a besoin ou non, il ne connaîtra pas la valeur de ce qu’il possède puisqu’il possède déjà tout ce qu’il désire. Il sera un enfant ‘pourri gâté’, un enfant assoiffé de toutes les choses qu’il voit. Sachez qu’un enfant qui respecte les objets qu’il possède se dispute  moins avec ses frères et soeurs.

  • Les enfants qui sont dans l’obligation de partager la même chambre, les mêmes jouets auront des difficultés à apprendre cette notion de ‘respect de la propriété’. Un enfant qui aura ses propres jouets, son propre vélo, apprendra le respect du soi et comme il aura une grande confiance en lui, il apprendra plus rapidement à respecter ce qu’il possède et se disputera moins avec son frère/sa soeur.

  • Si un enfant se rend compte que la jalousie qu’il éprouve envers le nouveau bébé est un sentiment naturel (c’est-à-dire un sentiment qui se trouve chez tout enfant), il ne se sentira pas coupable et ne se mettra pas en colère contre le bébé. Il se serait senti moins coupable et aurait pu contrôler ce sentiment si les parents lui avaient expliqué tout ceci de sorte que leur enfant le comprenne.

  • Pour un enfant unique, il est difficile d’accepter l’arrivée d’un nouveau-né à la maison. Même si durant les premiers jours, il apparaît comme s’il aime le bébé, il commencera à être jaloux et ceci est tout à fait normal. Pour que l’enfant puisse surpasser facilement cette jalousie, il faut préparer l’enfant à l’avance. Il faut le préparer au fait que lorsque bébé arrivera, l’organisation de la maison changera, que le bébé aura son propre lit/ sa propre chambre, qu’il y aura souvent des invités qui rendront visite pour voir le bébé, que la maman sera dans l’obligation se s’occuper du bébé puisque celui-ci a certains besoins particuliers. Il faut lui expliquer que ceci a eu lieu lorsque lui aussi était bébé, et que tout va rentrer dans l’ordre avec le temps. Ceci va grandement le rassurer.

(à suivre inchaAllah…)

Ali Cankirili – Pédagogue

Traduit et résumé par : Oum Soumeyya

Source : CANKIRILI Ali, Eve Kardes Geldi : Kardes Kiskançligi ile Bas Etmenin Yollari !’ (Traduction : Un nouveau venu dans la famille : Les moyens de contrer la jalousie entre frères et soeurs!), éditions Ugurböcegi, 2010, Istanbul.

Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire