Travail de recherche : L’éducation, la pudeur et le genre (7) | Oum Soumeyya

2
Crédit photo: Dana-esteline

Crédit photo: Dana-esteline

(…suite)

Le siècle de l’anxiété

Nous vivons dans un siècle que l’on pourrait nommer le siècle de l’anxiété. En voulant être des êtres meilleurs, nous passons à côté d’éléments de base très importants. Nous mettons tout en oeuvre, en tant que parents, pour que nos enfants ne connaissent pas la tristesse, ne pleurent jamais, ne transpirent pas, grandissent sans être malades, qu’ils ne soient en manque de rien, qu’ils aient tout, qu’ils ne soient pas dans une situation moindre que les autres. Mais en réagissant de cette manière, nous détruisons des éléments appartenant à la création de nos enfants. A cause de nos peurs et de notre anxiété, nos enfants n’ont aucune expérience et ne fournissent aucun effort pour atteindre leurs buts. Même si l’intention des parents est bonne, nous empêchons nos enfants de vivre correctement.

Retournons à votre grossesse

Le jour où vous avez appris que vous alliez avoir un bébé, que vous avez passé votre échographie et que vous avez appris le sexe de votre enfant, comment avez-vous réagi ? Ceci a un effet sur l’identité sexuelle de l’enfant que vous avez porté. Votre réaction à cet instant est primordiale. Lorsque le bébé dans le ventre de la mère n’a pas le sexe que les parents désiraient, ceci influencera la façon d’éduquer l’enfant et donc l’identité sexuelle de celui-ci.

Le papa

Le premier modèle masculin présent dans la vie d’un enfant est le père. Il est la représentation de l’autorité. Dans sa vie et les années qui sont devant lui, l’enfant se comportera avec les autres hommes et les représentations de l’autorité en fonction et sous l’influence du rôle du père qu’il a côtoyé durant sa vie. Chez les enfants dont le père était très dur et violent, soit ils rejetteront ce modèle et s’identifieront à la mère, soit ils accepteront ce modèle de père tel qu’il est et ils évolueront dans le sens de leur propre père.

Le papa et le fils

Le rejet sentimental et la distance mise entre le père et le fils auront une influence sur la formation de l’identité sexuelle du garçon. Il y aura un rejet d’être comme le père, et un attachement plus fort à la mère. Ici, le comportement et les réactions de la mère sont importants : si la mère est trop protectrice et aide exagérément son fils, qu’elle éloigne le fils de son père en le présentant comme une mauvaise personne, et tient le papa éloigné des enfants, ceci empêchera l’identification du fils au père.

Les étapes du développement de l’identité sexuelle

Les comportements liés à l’identité sexuelle de la personne se développent chez l’enfant à partir du moment où il peut se décrire et se différencier comme une fille ou un garçon.

Les comportements de rôle appartenant à la différence sexuelle apparaissent sous forme basique à l’âge de 2 ans environ.

A l’âge de 3 ans : les premiers comportements d’identité sexuelle apparaissent. Ces 3 premières années de la vie de l’enfant jouent un rôle crucial dans le développement de l’identité sexuelle de l’enfant.

A l’âge de 4-5 ans : l’enfant sera conscient de sa propre sexualité et de sa différence. Il faut donc à cette période que l’enfant s’identifie au parent du même sexe que lui. La fille s’identifiera à sa mère, le garçon à son père.

La période-clé : la pré-adolescence

Les troubles d’identité sexuelle sont aperçus durant l’enfance et les signes apparaissent très ouvertement à la pré-adolescence.

Les médias et l’homosexualité

Les médias jouent un rôle dans la normalisation du trouble de l’homosexualité. Des personnalités connues ont récemment révélé leur homosexualité. Le fait que les médias mettent des personnalités homosexuelles en avant et qu’ils fassent leur publicité est en nette augmentation. Les médias applaudissent même ce genre de personnes qui déclarent ouvertement être homosexuelles, comme si c’était quelque chose de normal. Le message qui nous est transmis est celui-ci : tu ne fais rien de mal, il n’y a pas besoin que tu te caches et que tu aies honte de ce que tu vis ; si tu caches ceci, tu te sentiras mal. Les psychologues et psychiatres qui ont pointé du doigt l’homosexualité et l’ont nommé comme un trouble qui peut être guéri ont été et sont toujours traités comme homophobes.

L’homosexualité se forme sur base de facteurs psychologiques, influencés par l’éducation donnée dans la famille, des mauvais apprentissages et une mauvaise orientation. L’homosexualité n’est pas un trouble inné. C’est un trouble acquis. Il est donc important que les parents se documentent à se sujet afin de ne pas commettre des erreurs dans le but de protéger leurs enfants de ce trouble. Le rôle des parents est primordial. Ne le négligeons donc pas.

Les femmes dans la vie de nos enfants

Dans l’ère dans laquelle nous vivons, les enfants passent beaucoup de temps avec leur mère, et les autres femmes. Ceci est également valable pour l’école. Si la mère travaille, l’enfant sera encore une fois face à une nounou, une femme. Ici, le problème concerne surtout les garçons. Un enfant qui est déjà loin du papa à cause du manque de temps (papa travaille beaucoup, il est trop occupé, ne joue pas avec son fils, part très tôt et rentre tard,…), il rencontre presque totalement des modèles féminins dans sa vie quotidienne. Le fait que les familles ne soient pas proches comme auparavant, à cause de la modernité et des personnes hyper-occupées, les modèles masculins sont presque absents puisque les enfants ne les côtoient que très rarement. Les enfants ne côtoient donc leurs grands-pères, oncles,… que durant des durées bien déterminées. Les hommes ont une importance dans la vie des garçons. Ils représentent l’autorité combinée à la tendresse. Ceci leur permettra d’acquérir une identité sexuelle équilibrée.

Les papas dans tout cela

Les mères seront toujours plus douces et plus réconfortantes pour les fils. Bien qu’ils doivent s’identifier au père, il le feront mais seront toujours plus proches de leur mère. Il est important de noter que le père et le fils se connaîtront et se sentiront proches lorsqu’ils font des activités ensemble. Le père est la personne qui donne du courage, le pousse à aller plus haut, tout en donnant des responsabilités. Il expliquera comment son fils doit s’y prendre, et ensuite il attendra qu’il puisse y arriver sans faire la chose à sa place. S’il n’a pas compris, il lui réexpliquera. Un père fera en sorte de mettre en place des situations qui permettront à son fils d’apprendre. Un père doit se comporter ainsi avec son fils.

De nos jours ?

De nos jours, certains pères n’ont plus leur mot à dire à cause de la place et l’ampleur du rôle de la mère. Le problème est que les mamans ne laissent plus de place aux papas dans leur rôle. Elles s’accaparent le rôle de père et le père ne fait qu’une chose : il se retire et ceci lui plaît puisque c’est une grande tâche en moins pour lui à accomplir. Mais ceci n’est pas une bonne chose : les fils ont surtout besoin du père pour pouvoir s’éloigner de la mère. Ils doivent rester seuls entre hommes, et apprendre à s’entendre et se connaître. Pour que l’identité sexuelle du fils puisse mûrir chez le garçon, la mère doit laisser place au père dans la relation avec son fils.

(à suivre…)

Traduit et résumé par Oum Soumeyya

Sources:

Adem Günes, Pédagogue, Mahremiyet egitimi.

Banu Yasar, Psychologue et psychothérapeute, Kizlari Kiz Gibi, Erkekleri Erkek Gibi Yetistirmek.

Ali Cankirili, Pédagogue

http://www.islamihayatdergisi.com/konular/detay/ocukta-mahremiyet-eitimi

http://www.psikodestekcocuk.com/cocuklarda-mahremiyet-egitimi.html

Partagez.

À propos de l’auteur

2 commentaires

  1. Salam aleikoum oukhti,
    Barak Allahou fiki pour ce riche travail de recherche. Je tenais à te dire que ton blog est vraiment unique à mes yeux parce que tu proposes un contenu riche, recherché, parfois peu abordé. Je t’encourage à ne pas hésiter à aller le plus loin possible dans tes idées (blog, voir plus, pourquoi pas un institut où se formeraient les épouses et mères musulmanes dans des sujets divers?), car je pense que tu as tout le potentiel pour apporter énormément à la Oumma.
    Sur ce j’ai deux questions en rapport avec ton travail de recherche:
    1- A partir de quel âge peut-on considérer qu’un fils est trop proche de sa mère? Que faire si un fils est trop proche de sa mère?
    2- A partir de quel âge doit-on faire attention à ce qu’un enfant joue aux jeux liés à son genre? Par exemple un garçon de 2 ans qui aime faire le ménage ? :)
    Merci

    • Wa aleykoum selam wa rahmatoullah ma soeur,

      ton commentaire m’a fait chaud au coeur. Barakallahou fiki,

      mais pour l’instant, je pense que je dois encore beaucoup me documenter. InchaAlah plus tard. Qu’Allah me le permette. Pour l’instant, mon ‘rêve’, c’est que le maximum de personnes lisent ces articles pour éviter les erreurs. Il faudrait donc envoyer les liens des articles à toutes vos amies inchaAllah. Parce que beaucoup font des erreurs et celles-ci sont parfois fatales.

      concernant ta question sur le eptit garçon qui aime faire le ménage, s’il n’a que 2 ans, ce n’est pas grave puisque l’auteur disait que c’est vers l’âge de 4 ans qu’il faut s’inquiéter et laisser le père passer plus de temps avec le fils pour faire des activités pour hommes.

      En ce qui concerne la proximité excessive entre mère et fils: en fait, quand il est bébé et enfant, la maman doit tisser un lien fort et de confiance avec son fils. Mais après, le papa doit prendre la relève. Le papa joue un rôle clé. Il DOIT jouer ce rôle pour que l’enfant soit équilibré.

      Dans le prochain article inchaAllah tu auras des réponses plus claires à tes questions. La suite sera publié dans la semaine je pense inchaAllah.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.