Les reportages d’Oum Soumeyya: Oum Zaza et l’Ief (2)

2

OumZaza

As salamou aleykoum mes chères lectrices!

Aujourd’hui, vous aurez la possibilité de découvrir la deuxième et dernière partie de notre reportage avec notre chère soeur Oum Zaza.

Pour celles qui n’auraient pas encore eu la possibilité de lire la première partie du reportage, c’est par ici.

Bonne lecture!


***La question qui nous chiffonne le plus: comment organises-tu tes journées pour pouvoir trouver un équilibre entre tâches ménagère, la préparation des cours, correction des devoirs,…? ***

Il n’y a pas de véritable préparation des cours ici. Nous décidons ensemble des thèmes abordés, mis à part les Alphas qui est un outil “prêt à l’emploi”, facilitant grandement le travail des parents pratiquant l’IEF. Selon les besoins de mon aînée, j’ai découvert des outils très intéressants et sur le même principe. Sinon, pendant un travail, j’en imprime un second, j’optimise le temps. Pour la correction, nous la faisons toujours ensemble, au besoin. Nous préférons l’auto-correction.

Quel est le rôle de l’époux dans tout cela?

Le papa prend la main lorsqu’il y a un blocage, ou bien lorsqu’il est plus expert dans un domaine et que les enfants sont demandeurs. Mais le papa est surtout celui avec lequel on se change les idées quand maman a besoin de souffler ^ ^

Regroupez-vous entre soeurs IEF pour donner cours sous forme de classe? Ou encore un jour chez l’une, et un jour chez l’autre?

Non pour la simple et bonne raison que c’est interdit par la loi. L’on ne peut regrouper des enfants de plusieurs familles sous un même toit pour pratiquer l’instruction en famille. L’état est rigoureux là dessus, c’est assimilé à des réunions sectaires et c’est puni par la loi, il faut le savoir. Par contre, j’ai créé une association permettant aux familles non sco’ de se réunir à l’extérieur pour visiter les musées, aller à l’escalade, découvrir les métiers à travers des ateliers… (Les Zalphabus)

Faut-il des compétences particulières pour pouvoir suivre l’IEF? Que diriez-vous au mamans et papas qui auraient peur de se lancer?

Oui il faut des compétences particulières, mais pas celles que l’on croit. La compétence de savoir réagir lorsqu’il y a un blocage, de réagir lorsqu’il y a un élan, un besoin, de réagir lorsque l’enfant a besoin de sortir, de rencontrer ses copains… Il faut être TRÈS patient, avoir la compétence d’accepter les erreurs et savoir qu’elles sont nécessaires dans l’apprentissage. Il faut être curieux, aimer rechercher, aller plus loin, toujours plus loin, répéter mille fois, mettre de côté, être humble, bienveillant, avoir de l’autorité sans être autoritaire, abandonner le chantage affectif, avancer sans le système de récompense et de punition, avoir la compétence d’observer l’enfant lorsqu’il est en plein apprentissage, car sans le regard de l’adulte il ira moins loin, l’aider donc à se surpasser sans pression, parce qu’IL le souhaite !

Et les sorties?

Les sorties sont diverses et variées. Mes filles sont inscrites au judo, au poney et à la gym. Au-delà des activités sportives, il y a bien entendu les visites de la famille, comme tout le monde. Les Zalphabus complètent ce qu’il nous manquait, un univers plus vaste, des découvertes extraordinaires.

Le ménage, la préparation des repas, le rangement, … Comment faites-vous tout ceci? Vous devez sûrement être une maman super organisée!

Pas plus qu’une autre. Je fais chaque chose en son temps et j’ai souvent du retard dans le linge, ne suis pas souvent derrière les fourneaux ^ ^ C’est un choix, on ne peut pas tout faire. Mes petits plats sont des recettes simples et rapides, ne nécessitant pas de longues heures de préparation.

Comment combinez-vous cours-visites familiales? Vos amies connaissent-elles vos disponibilités pour venir prendre le thé chez vous? Sont-elles compréhensives?

Les visites familiales sont rythmées par les weekends principalement, comme chez beaucoup de familles. Pour venir boire le thé, les amies savent qu’il vaut mieux appeler avant pour nous trouver à la maison ^ ^ . Bien sûr elles sont compréhensives, ce sont des amies !

**Comment faire la part des choses: rôle de maman vs. rôle d’institutrice? Ayant moi-même déjà donné cours à des membres de la famille, il n’est pas toujours facile de mettre les limites et dire ‘maintenant, on travaille! Je ne suis pas là comme ta soeur, mais comme ta prof de langues’ ***

La part des choses n’est pas toujours facile ! C’est pourquoi nous avons ressenti le besoin de séparer les environnements, et parfois même mes filles souhaitent jouer un jeu de rôle, m’appeler maîtresse même parfois ^ ^ Ça devient naturel. On sait que maman c’est aussi celle qui accompagne dans les apprentissages, il n’y a pas cette notion de maîtresse, mais plutôt d’accompagnante :)

FIN


 Qu’Allah récompense la soeur Oum Zaza pour tous ses efforts et qu’Il lui donne la force et la santé de continuer sur cette voie.

Qu’Allah permette à d’autres mamans de faire le pas et d’oser se lancer pour découvrir cette belle aventure qu’est l’Instruction en Famille.

Si vous aussi vous êtes maman IEF ou connaissez des soeurs qui pratiquent l’IEF, contactez-moi: oumsoumeyya@outlook.com. Votre travail mérite d’être partagé afin de motiver toutes les autres soeurs qui n’ont pas encore fait le pas.

Votre soeur Oum Soumeyya qui vous aime en Allah.

Partagez.

À propos de l’auteur

2 commentaires

Laisser un commentaire