La peur de l’accouchement

8

As salamou aleykoum mes chères soeurs !

J’espère que vous vous portez bien inchaAllah ?

Aujourd’hui, j’aimerais aborder le thème de la peur de l’accouchement. C’est un thème qui me tient à coeur, puisque moi aussi, comme beaucoup d’autres, j’ai eu très peur de l’accouchement.

Les raisons sont diverses, mais la plus grande raison qui explique cette peur, ce sont toutes les femmes et soeurs qui nous entourent. Encore jeune, vous entendez des femmes qui ne modèrent pas leurs propos lors de votre présence et racontent leur expérience en long et en large. Et puis, toutes ces femmes qui vous souhaitent ‘bonne chance !’ et puis qui vous comparent la ‘douleur’ de l’accouchement ‘aux menstrues mais en cent voire mille fois pire’. Imaginez-vous la boule au ventre de la future maman qui va prochainement accoucher en entendant ces comparaisons stupides.

Je dis stupides puisque de nos jours, les soeurs ne font pas forcément le pas pour être mère. Elles attendent, suivent les ‘conseils’ de l’entourage du genre ‘attends un peu, ne fais pas tout de suite le pas, il faut que tu connaisses un peu ton mari’ (2 ans de passés déjà ). Et puis, quand elle se décide à faire le pas, on lui donne d’autres conseils du genre ‘tu es encore jeune, ne te précipite pas, profite un maximum, parce qu’avec les enfants, ça ne sera plus pareil’. (hésitation de la part de la soeur qui s’était enfin décidée). ‘Profite de ta jeunesse pour travailler, mettre de côté, acheter ta maison [on pousse les jeunes à commettre le péché de l’achat avec intérêts, qui est un péché ENORME en islam]). Et puis le temps de s’y mettre, la soeur atteint un certain âge avant d’avoir son premier enfant.

Qu’Allah facilite à toutes les autres qui désirent vraiment avoir un enfant mais qui n’y arrivent pas.

Vous n’avez jamais entendu cela vous ?

  • on dirait que ça déchire le derrière

  • j’espère que tu ne vivras pas ce que j’ai vécu : ils m’ont fait une césarienne, et j’ai tout senti, c’était atroce !

  • Je me suis tirée les cheveux tellement j’avais mal, et j’en avais plein dans la main. Mon mari était choqué.

  • ça fait trop trop trop trop maaaal!
  • Etc., etc., etc.

De l’exagération. Rien d’autre.

Et puis en plus, c’est dommage de comparer ce beau moment avec des règles douloureuses exposant 10. Ca na aucun sens. Après l’accouchement, vous avez un enfant dans les bras : le plus beau cadeau du monde. Une merveille qui vous regarde dans la yeux, qui a besoin de vous, qui vous sourit et qui est prêt à vous aimer et vous donner de l’amour sans rien demander en retour. Après l’accouchement, vous avez un époux qui devient papa, qui se transforme en personne encore plus aimable et douce. Vous changez vous aussi et voyez la vie autrement : voir la vie à travers les yeux d’une mère est une chose unique. Et puis, la grossesse et l’accouchement, ça ne reste qu’un beau souvenir dans votre esprit.

Le conseil que j’aimerais donner à toutes les soeurs qui lisent cet article : ne pensez pas bien faire en expliquant tous les détails de votre accouchement. Il faut passer par là, il n’y a pas d’autre solution. Mais ce n’est pas forcément une étape ‘horrible’ comme beaucoup d’entre nous le croient. Essayez de tenir vos langues et de dire ‘alhamdoulillah, ça s’est bien passé !‘. Sachez que tout ce que vous dites laisse une trace sur toutes les filles et femmes qui vous entourent. Les enfants entendent aussi ce que vous dites. Il est triste d’entendre des jeunes soeurs se confier en disant ‘moi, je ne veux pas d’enfant, j’ai trop peur‘.

Avoir un enfant est la plus belle chose au monde. Qu’Allah nous permette d’avoir des grossesses remplies de lectures bénéfiques, d’invocations et d’oeuvres pieuses !

N’oublions pas que l’éducation commence bien avant la grossesse. Soyons des femmes pieuses, qui suivent le Coran et la Sounna selon la compréhension des pieux prédécesseurs, pour être des exemples pour les personnes qui nous entourent, mais surtout nos familles et notre descendance.

Qu’Allah nous accorde une descendance pieuse qui sera la joie de nos yeux !

Ecrit par : votre soeur Oum Soumeyya qui vous aime en Allah

Les utilisateurs qui ont trouvé cette page en recherchant:

  • douleur accouchement islam
  • accouchement en islam
Partagez.

À propos de l’auteur

8 commentaires

  1. EmilieOumKalthoum sur

    Assalam aleykom

    Je ne suis pas d’accord avec toi oukhty. En fait, je pense que ça dépend des femmes.

    Certes, je suis d’accord que la douleur de l’accouchement n’a rien à voir avec une autre douleur, puisque tu as un bébé après. Et aussi parce que je suis persuadée que cette douleur AIDE à accoucher, et peut même aider à bien vivre l’accouchement (pour avoir vécu un 1er accouchement « normal » et un 2e avec péri, je peux dire que je préfère mille fois vivre cette douleur que de l’anesthésier).

    Pourtant, perso, ça m’a justement trop énervé celles qui me disaient que c’était pas si terrible, etc. Je leur en ai vraiment voulu d’avoir minimisé ça. Ce qui m’a aidé, c’est justement celles qui me disaient à quel point ça faisait mal et qu’on était perdu dans ce moment. Comme ça, j’étais prête (plus ou moins !) à affronter ça.
    Et pour la 2e fois, j’étais tellement sûre de moi puisque j’avais accouché la 1ère fois sans péri que j’ai totalement occulté l’intensité de cette douleur, ce qui fait que je ne l’ai pas du tout gérée, que je l’ai refusée et que du coup j’ai demandé une péri.

    D’ailleurs, rappelle-toi Maryam (aleyha ssalam), la meilleure des femmes : « Puis, saisie par les douleurs de l’accouchement, elle s’adossa au tronc d’un palmier en s’écriant : «Plût à Dieu que je fusse morte et oubliée bien avant cet instant !» » (sourate 19, verset 23).

    Mais effectivement, c’est vraiment dommage de ne pas vouloir d’enfants à cause de ça…
    Et puis, rappelons-nous de l’énorme récompense qu’Allah donne aux mères sob7an Allah !

  2. oum personne... sur

    salamoyalikoum ma chère sœur

    Je tiens à te remercier pr le temps que tu consacres à écrire des articles avec des sujets très intéressants et avec une très belle plume machAllah. Qu’Allah te préserve et nous permette de te lire encore bien longtemps … Pour ma part , jai 29 ans et cela fait 2 ans que je suis mariée. Je rêve d’avoir une famille mais mon mari est très bizarre… Autant il peut être très affectueux envers moi, autant il peut être très méchant et méprisant. Encore hier il m’a insultée+ sans raison particulière… Les gens se demandent sans cesse pourquoi nous n’avons pas d’enfant et que leur dire? Rien… Je ne peux pas expliquer au grand public la schizophrénie de mon mari qui change d’humeur tous les matins…ça me fait mal au coeur cette situation car les années passent et mon horloge biologique aussi…
    Alors le fait de ne pas avoir d’enfant ne représente pas seulement la peur de l’accouchement mais celui de la vie d’après sachant que ma vie actuelle n’est pas paisible malgré tous les efforts …

    De la part dune soeur attristée
    Salam

  3. Asaalam aleikoum,
    Je pense qu’on peut préparer une femme à la douleur de l’accouchement sans l’apeurer en calquant sa propre histoire d’accouchement sur elle, comme tu le dis ça sera un poids pour elle ensuite. Ce n’est pas la question de la douleur qui est problématique, mais c’est qu’elle est interprétée uniquement de manière négative et très peu de manière positive, ce qui fait que la future mère arrive à son accouchement avec une quantité de peurs qui annihilent sa confiance en elle dans sa capacité à mettre au monde son enfant…
    Allaho a3lem

  4. Salam aleykunna je viens de tomber sur ce blog ma sha Allah mais il y a quelque chose qui ma surprise …
    « Essayez de tenir vos langues et dites el hamdulilah tout s’est bien passé »

    Ça ce le résultat final
    Mais il faut pas cacher la vérité aux soeurs et leur dire que c’est malgré tout un moment douloureux à passer

    Il faut pas les effrayer mais pas leur mentir ou minimiser la chose…

    Une soeur dans un des commentaire a pris l’exemple de maryem
    Ma sh Allah même Allah la dit..

    Les savants eux même disent que la femme doit s’attendre à souffrir pendant la grossesse l’accouchement etc

    J’accouche bientôt
    Et je me suis rendu compte que bcp de soeurs m’ont cacher les mauvais côtés de la grossesse que c’est si beau et rose

    Je me suis senti tromper ..

    Donc attention

    Barakallahy fikunna

  5. Chahinez Oum Soumeya sur

    As salam aleykoum wa rahmatullah ma soeur !
    J’ai apprécié ton article, comme tous en fait lol.. Par contre jaimerai émettre un avis sur ce que tu dis. En effet comme le dit Oum Abdelhadi on entend surtout que la douleur est quelque chose de négatif. Or dans mon cas par exemple j’ai pu apprivoiser cette douleur en m’y préparant tout au long de ma grossesse. Pour être franche je me suis préparée au pire du pire, à une douleur insurmontable. Je me disais qu’au moins ça dedramatiserait le moment venu ! Toute ma grossesse je me disais que la douleur ne pourrait pas me tuer mais que le fait de tout ressentir me rapprocherait de mon bébé. C’est pour cette raison que j’ai refusé la péridurale. Au moment de mon accouchement j’ai tout fait pour suivre la sunna. A chaque contraction je récitais la sourate Al zalzala en posant la main sur mon ventre, et n’ayant pas de datte chez moi, j’ai bu du sirop de dattes que mon père m’avait apporté du désert jusqu’au moment d’entrer en salle d’accouchement. De plus les jours avant j’avais utilisé de l’homéopathie et des tisanes de feuilles de framboisier. En tous cas que du naturel. Je voulais être là plus prête possible. Et al hamdoullillah ya rabbi tout s’est très bien passé. Bien sûr on ne peut pas mentir et dire qu’on ne souffre pas mais la douleur est vite oubliée al hamdoullillah Allah nous donne une force pour la combattre et l’occulter les heures suivantes. Mais je pense vraiment que cette douleur est utile ! Et que même si parfois les récits d’accouchements font très peur, il faut s’en servir pour s’attendre au pire et relativiser plutôt que de se bloquer sur ça et avoir peur d’entrer en salle. Qu’Allah accorde un magnifique accouchement à toutes mes soeurs fiLLah et de merveilleux bébés. Qublaa ??

  6. Salem wa aelaikoum,

    Je découvre cet article et vos expériences, pour ma part mon accouchement a été très douloureux mais j’étais préparée à avoir mal et que tout n’allait pas se passer normalement. Pourtant autour de moi el hamdoulilah bon nombre de mes proches avait eu des accouchements faciles. Pour moi il en a été tout autre chose el hamdoulilah. Je percevais en cette douleur l’effacement de mes péchés. Je demandais à Allah de me pardonner et je comprenais que la douleur aussi forte qu’elle était n’était rien comparé à ce qui nous attend après cette vie. Pour des raisons de complications j’ai eu une césarienne et la douleur s’est arrêtée.
    Pour chacune d’entre nous je pense qu’il faut en prendre des leçons et ce dire el hamdoulilah pour la facilité ou la difficulté que l’on rencontre, il faut se préparer à toutes les éventualités pour éviter des traumatismes quels qu’ils soient. Ne dit-on, pas souvent que l’humain a peur de ce qu’il ne connaît pas alors si nous savons, je pense que tout peut-être supporté..
    Allah fait bien les choses au combien après mon accouchement je disais c’est fini, deux ans plus tard je dis inch allah un autre petit bout.

  7. salem aleykoum ma sœur
    ton article ainsi que plein d’autre sont vraiment très intéressent, moi j’ai 25 ans el hamdoullilah et j’ai 3 enfants masha allah.. mes accouchements se sont fait naturellement sans péridural par mon souhait et avec l’aide d’Allah j’ai oublier le mal que j’avait a se moment la un accouchement c’est pas facile c’est vrais mais comme dit la sœur en gros quand le bebe arrive on n’oublie tous soubha allah ! Allah nous offre le bonheur de connaître des sensation que d’autre ne peuvent même pas avoir, alors je souhaite que toutes les sœurs qui on juste peur de l’accouchement de se dire qu’allah est la pour chacune d’entre nous et c’est avec lui que l’ont arrivent a ce dépassé.

Laisser un commentaire