L’arrivée d’un deuxième bébé : comment s’y préparer ?

1

As salamou aleykoum mes chères soeurs,

Aujourd’hui, abordons le thème de l’arrivée d’un deuxième. Pas toujours facile pour l’organisation, mais surtout pour le premier : comment expliquer au ‘grand’, enfant-roi jusqu’à présent, que bientôt il aura un petit frère ou une petite soeur ?

Après de nombreuses lectures, je vous explique comment je m’y suis prise. Alhamdoulillah ça s’est bien passé. Je vous invite à faire part de votre propre expérience en commentaire inchaAllah.

La première chose que nous avons faite : demander à Soumeyya si elle voudrait qu’on ait un bébé. Elle a répondu ‘oui’ et donc, je lui ai répliqué comme ceci : ‘D’accord, on va demander à Allah qu’il nous donne un bébé. On va faire des invocations et on va attendre, d’accord ?’ Cette question, je la lui ai posée lorsque j’étais au courant de ma deuxième grossesse.

Ensuite, la prochaine étape, quelques semaines plus tard : j’ai accroché une paire de chaussures de bébé à la poignée de la fenêtre. Ceci, pour préparer tout doucement la grande à l’idée de l’arrivée d’un bébé, sans bien sûr lui dire qu’il était en route. Avec cette étape, nous avons eu droit durant plusieurs jours à la question ‘Elles sont où les chaussures du bébé ?’ Réponse : ‘En haaaaauuut !‘ accompagnés de rires de la part de Soumeyya puisque nous l’avions transformé en chanson.

Et puis, plus la date approchait, plus les visites chez la gynécologue étaient fréquentes : j’ai fait en sorte que Soumeyya aime ma gynécologue. Nous lui avons préparé un joli bricolage qu’elle a très apprécié d’ailleurs. Soumeyya était toute éblouie par la gynécologue lorsqu’elle lui a donné un bisous et lui a offert un stylo. Elle se réjouissait des prochaines visites tant elle aime ma gynécologue.

Plus tard, je lui ai annoncé avec son papa que le bébé allait arriver, mais que c’est le docteur qui allait nous dire quand il allait venir et que c’est Allah qui sait quand il va venir.

Pendant tout ce cheminement, j’ai caché tout ce que j’ai acheté pour bébé pour éviter tout questionnement et jalousie inutile.

J’ai également fait mon possible pour éviter tout changement brusque. J’ai donné du temps à Soumeyya pour s’habituer aux petits changements de décor avant de passer à un autre changement. Le premier grand changement, que j’ai fait plusieurs mois avant l’arrivée du bébé, c’est enlever le parc qui se trouvait au salon pour le mettre dans ma chambre. Soumeyya ne faisait plus sa sieste dans le parc. Et à la place du parc, je lui ai aménagé son coin jeu. Donc elle n’a pas pu faire un lien avec les deux changements, c’était naturel pour elle. Et à la place du parc, je lui ai mis une petite tente pop-up dans laquelle elle pouvait se reposer si elle le désire. Ce qu’elle ne faisait pas, mais au moins, elle avait son coin dodo.

Le deuxième changement, quelques semaines avant l’arrivée du bébé : enlever sa tente pop-up. Elle n’y dormait jamais. On y mettait donc toutes ses poupées. Ça commençait à devenir encombrant. Je l’ai donc enlevée pour laisser ce coin vide pendant plusieurs jours. Ensuite, j’y ai mis le lit du bébé. Le lendemain, son papa est allé acheter un lit de poupées. C’est bien tombé alhamdoulillah. Nous lui disions donc : ‘ceci, c’est le lit du bébé et ça , c’est le lit de poupées de Soumeyya’.

Bien sûr, nous avons eu droit à des ‘Soumeyya c’est un bébé’ ou d’autres répliques de la part de ma princesse qui nous montrait qu’elle était quand même un peu inquiète. Je ne la contredisais pas, comme je l’avais lu dans un livre et je lui répondais : ‘Oui, Soumeyya, c’est mon gros bébé !‘, ce qui la rendait très heureuse.

De temps en temps, je l’entendais même chuchoter ‘j’ai mal au ventre‘ en touchant son ventre. Puisque c’est quelque chose que je disais à mon époux, sans me rendre compte que ça pouvait l’affecter. C’est la raison pour laquelle, contrairement à d’autres mamans, j’ai choisi de ne pas dire à Soumeyya que mon bébé était dans mon ventre. Elle aurait lié ce mal de ventre au bébé, et ceci aurait eu une influence sur le lien qu’elle aurait eu avec bébé qu’elle aurait vu comme la cause du mal.

Et puis, sans que je le lui demande, elle me disait que le bébé va lui apporter un balle orange. Nous avons du faire les magasins pour trouver une balle orange )) Pourquoi orange, ne me le demandez pas, parce que je n’en sais pas plus que vous. ))

Et puis, tous les indices que l’enfant vous donne sont importants : Soumeyya aime les mini-smarties et aussi les singes )). J’en ai donc acheté pour l’hôpital pour l’accueillir au mieux lors de sa première rencontre avec le bébé.

L’arrivée de notre deuxième a réellement été annoncée à Soumeyya dans les dernières semaines. Ceci est primordial: 9 mois, c’est très long pour un enfant. En voulant bien faire les choses, vous pourriez le perturber. Les psychologues déconseillent de l’annoncer trop tôt. Cela ne ferait qu’inquiéter inutilement l’enfant.

Dans un prochain article, je vous expliquerai comment faire face aux réactions ‘bizarres’ de l’enfant lorsque vous rentrez à la maison avec bébé.

Qu’Allah vous garde mes soeurs,

Pour celles qui désireraient se procurer le livre d’Oum Soumeyya intitulé Éducation, Pudeur et Genre‘, c’est par ici :

page-1-740x431

[purchase_link id= »1566″ text= »Ajouter au panier » style= »button » color= »blue »]

Votre soeur fillah Oum Soumeyya

Partagez.

À propos de l’auteur

Un commentaire

  1. EmilieOumKalthoum sur

    Assalam aleykom

    C’est effectivement une source de stress pour les parents de savoir comment le 1er enfant accueillera le 2e !
    Chez nous aussi, alhamdolillah, ça s’est bien passé. Mais je pense que c’est dû aussi au caractère de l’enfant, et pas seulement aux parents. Car je sens beaucoup plus de jalousie de la part de notre numéro 2 que de la part de notre numéro 1, alors qu’on pourrait penser que la numéro 1 avait plus de raison de l’être du fait qu’elle était enfant unique avant…

    Pour ce qui est de tes conseils, j’avoue que certains me perturbent un peu quand même.
    Déjà, tu dis que « La première chose que nous avons faite : demander à Soumeyya si elle voudrait qu’on ait un bébé. » Alhamdolillah qu’elle ait répondu oui !!! Et si elle répond non, tu fais quoi ??? Car autant ma numéro 1 était excitée par l’arrivée de sa soeur et maintenant pour bébé3, autant ma 2e a pu dire plusieurs fois qu’elle ne voulait pas de ce 3e enfant…

    Ensuite, tu dis que tu ne voulais pas dire que le bébé était dans ton ventre. Mais je pense que ta fille a bien dû s’en douter vu le volume qu’il a pris quand même ?!

    Puis : « L’arrivée de notre deuxième a réellement été annoncée à Soumeyya dans les dernières semaines. Ceci est primordial: 9 mois, c’est très long pour un enfant. En voulant bien faire les choses, vous pourriez le perturber. Les psychologues déconseillent de l’annoncer trop tôt. Cela ne ferait qu’inquiéter inutilement l’enfant. » -> Déjà, je pense au contraire que 9 mois c’est bien pour se préparer. Bon, peut-être pas 9 mois, mais au moins quand ça commence à se voir, vers 4-5mois de grossesse. Et quels psys déconseillent de l’annoncer trop tôt ? Pas tous je suppose. Et quand bien même, ils n’ont pas la science infuse. D’ailleurs, tu emmenais ta fille chez la gynéco : ça me parait vraiment improbable qu’elle n’ait pas compris avant en vous entendant parler : les enfants comprennent beaucoup plus de choses que nous le pensons !

    Bon, j’espère que je ne m’exprime pas mal : je ne veux pas juger ce que tu as fait, juste apporter un autre point de vue, pour relativiser. Mais bien sûr, chacun fait comme il le sent, au mieux pour lui-même et sa famille :)

    D’ailleurs, j’ai fait comme toi pour un truc : le coup du « Oui, Soumeyya, c’est mon gros bébé ! » Mais pas pour la naissance, pour la propreté. Car l’entourage n’arrêtait pas de dire à ma grande qu’elle n’était plus un bébé et qu’il fallait donc qu’elle arrête de faire dans la couche comme sa petite soeur. Moi ça m’énervait car elle était encore un bébé finalement : elle n’avait pas encore 3 ans quand je lui ai enlevé la couche. D’ailleurs, elle disait que si, qu’elle était un bébé elle aussi. Du coup, je lui ai dit : « Oui, tu es mon gros bébé, et ta soeur c’est mon petit bébé. Les petits bébés font dans la couche et les grands bébés font dans les toilettes. »

    Sinon, en ce qui concerne les réactions ‘bizarres’ de l’enfant lorsqu’on rentre à la maison avec bébé, 2 solutions : accoucher à la maison, ou rentrer le jour-même de la maternité : c’est ce que j’ai fait quand j’ai eu ma 2e et j’ai trouvé ça génial le fait qu’il n’y ait pas de séparation, pas de coupure avec ma 1ère.

Laisser un commentaire