Les mamans qui crient | Adem Günes

4

Comment contrôler ces colères et ces cris ? Comment ne pas crier sur ses enfants, son époux  en contrôlant sa colère ? Comment être parent et donner une éducation à nos enfants sans devoir crier et se fâcher ?

C’est un des problèmes auxquels les mamans font face aujourd’hui. Elles aiment leurs enfants, au fond d’elles, elles ont de l’affection, de la douceur pour leurs enfants. Durant leur grossesse, elles attendent leur bébé avec impatience. Cependant, ces mêmes mamans n’arrivent pas à faire face à cette colère qui prend le dessus sur leur relation avec leurs enfants.

Comment se fait-il qu’une maman si douce se transforme en maman méconnaissable, loin de toute douceur ? Ceci concerne aussi bien les papas que les mamans, mais comme les mamans passent généralement plus de temps avec leurs enfants, elles sont plus concernées. D’ailleurs, elles ne se reconnaissent plus elles-mêmes et ceci les dérange. Elles sont pleine de regrets et remords, mais comment peuvent-elles remédier à cette situation ?

Sachez que votre enfant se comportera avec son propre enfant comme vous le faites avec lui. Ce que nous faisons subir à nos enfants aujourd’hui, ils le feront subir à leur propre enfant, même si cela est inconscient.

À la naissance, l’enfant est un être calme. Surtout lorsque vous observez un nouveau-né qui dort, cela est très reposant. Ceci est dans la nature saine de l’être humain. Le bébé est un être serein, loin de tout stress.

Mais au cours du temps, les parents voudront ‘éduquer’ leur enfant. En conséquence, cet enfant calme ne sera plus calme. Il comprendra vers l’âge de 1-2 ans qu’il doit se dépêcher, agir plus rapidement, qu’il doit répondre aux attentes de ses parents et être à la hauteur de ces attentes. Malheureusement, en agissant ainsi, les parents perturbent le rythme de leur enfant. Ce calme inné disparaît de l’enfant.

Le domaine dans lequel les parents ont le plus de mal à se contrôler, c’est la lenteur de leur enfant durant le repas, ou encore la lenteur de l’enfant pour se préparer pour sortir. Une lenteur qui rend fou certains parents. Alors que l’enfant est calme et lent naturellement, la maman est rapide , stressée, sans cesse en train de regarder l’heure et en train de penser à la tâche suivante qu’elle doit accomplir sans tarder en faisant les remarques suivantes à son enfant : ‘Mange vite, allez, vite, prends aussi ça, allez allez ! Ca fait une heure que tu manges !!’ en voyant son enfant dans cette situation. Malgré que l’enfant mange à son rythme, la maman prendra la cuillère de ses mains et lui fera manger elle-même, rapidement. Ainsi, la mère essayera de tirer l’enfant vers le monde rapide et stressé dans lequel elle se trouve.

La plupart du temps, la maman agira ainsi pour le bien de son enfant. Son intention ne sera pas mauvaise. En analysant la situation, nous pouvons nous rendre compte que la maman devient ‘folle’ devant cette lenteur et ce calme. La mère ne supporte pas cela. Ceci se produit également avec les personnes très âgées qui ne maîtrisent plus correctement leurs mouvements. Elles mangeront lentement, en tenant tant bien que mal leur cuillère, sans demander l’aide de qui que ce soit. Mais la personne qui sera à côté de celle-ci sera gênée par cette lenteur.

Ce dérangement est en fait un manque de patience à supporter une personne calme, qui agit lentement.

L’enfant qu’on laissera vivre à son rythme pourra exprimer ses sentiments et se développer convenablement. Contrairement à l’enfant auquel on impose un rythme de vie, qui engendrera de la colère inexplicable.

Sachez chères mamans que les enfants se préparent à la vie, en ayant leur propre rythme : manger doucement, mettre doucement ses chaussures, enfiler lentement son manteau, faire lentement ses devoirs,…

Cette lenteur énerve les maman. Elles obligent donc leur enfant à vivre rapidement, dans le stress, à faire vite. En accélérant le rythme de votre enfant, vous lui enlevez la possibilité de ressentir chaque instant à son propre rythme. Vous ne donnez pas à votre enfant le temps d’exprimer et se faire mûrir ses sentiments, puisque les vôtres n’ont pas mûri et ne se sont pas développés correctement. Cette lenteur vous fait souffrir.

Les conséquences de cela engendreront un enfant qui n’arrive pas à prendre le goût de la vie qu’il est en train de vivre et un enfant qui n’arrive pas à se rendre compte de la beauté de l’instant, du repas qu’il est en train de manger, du paysage qu’il est en train d’observer, du moment qui’l est en train de passer avec sa famille. Ca sera un enfant qui marchera sous la pluie mais qui ne prendra pas de plaisir à ressentir les gouttes de pluie sur son visage…

Comment se contrôler et remédier à cela ?

Il faut que les mamans et les papas retournent à leur rythme biologique. Vous êtes toutes englouties dans ce monde rapide où tout va trop vite. Vous rendez-vous compte que lorsque vous marchez vous courez ? Que lorsque vous parlez, vous parlez trop rapidement ? Et vous n’écoutez même plus la personne qui est en face de vous.

Ralentissez votre vie mes soeurs. Freinez, faites un retour vers votre intérieur. Lorsque vous regardez votre enfant, vous devez avoir le temps de regarder dans ses yeux et observer la couleur de ceux-ci.

Dans les foyers avec ce genre de parents en colère, les enfants n’ont pas la possibilité de prendre leur temps. Les devoirs doivent être faits sous les cris des parents. Ce genre de maman vit un enfer mais elle fait aussi vivre un enfer aux gens qui l’entourent.

Une maman qui vient d’accoucher et qui vient tout juste de prendre son bébé pour la première fois dans ses bras retrouve ce rythme biologique. Essayez de vous imaginer cette scène. Une maman avec un visage et un regard qui reflètent la douceur. Ceci est le tableau d’une maman sereine. A ce moment-là, la maman retrouve son calme, et ne se dépêche pas pour l’une ou l’autre tâche, elle agit tout doucement. Après ces peines de l’accouchement qui surviennent juste avant un moment magnifique, Allah azzawajel apporte le calme et la sérénité dans le corps de la maman. Ainsi, deux êtres calmes, en harmonie, apprennent à se connaître.

Malheureusement, après quelque temps, cette nouvelle maman qui vient de retrouver son rythme biologique, perd celui-ci afin de répondre aux attentes de la société et de l’entourage.

Faut préparer la maison parce que les invitées vont venir.

Les amies vont venir voir le bébé faut se préparer.

La maison est désordonnée, faut ranger tout ça,…

Vite,

Vite !

A toutes ces mamans : deux à trois fois par jour, restez seules avec vous-mêmes durant 15 minutes. Laissez le stress de la vie quotidienne de côté et concentrez-vous sur vous-mêmes. Soyez observatrice de tout ce stress qui court dehors. Retirez-vous de tout cela. Ainsi, vous verrez que toutes ces colères et ces cris vont nettement diminuer.

Ici ajoutons une parenthèse : dans certains couples, une des deux personnes (soit l’époux, soit l’épouse) est calme, et l’autre est très anxieux et trop rapide dans toute chose. Ceci engendre, tout comme avec les enfants, des problèmes de couples, bien que le couple s’aime. Pourquoi ? Parce que, généralement, l’époux est trop rapide, et donc, il n’arrive pas à comprendre les sentiments de son épouse. Il passe à côté de cela. Il se peut aussi que l’épouse soit trop rapide et l’époux soit calme, qu’il profite de chaque instant, dans ce cas, la femme ne supporte plus son époux.

Parce que nous voulons ‘éduquer’, donner de la discipline à nos enfants, faire de nos enfants des enfants ‘sages’, qui correspondent à une norme, nous traumatisons nos enfants.

Être une bonne mère ne signifie pas être une mère sévère qui sait se faire obéir pas ses enfants, une maman qui fronce les sourcils, qui ne sourit jamais. Une bonne mère ne signifie pas être une mère qui donne sans cesse des ordres ou qui interdit une multitude de choses à ses enfants. Comportez-vous avec vos enfants en vous rendant bien compte que vous avez en face de vous un être humain qui parle votre langue, et non un animal qui ne vous comprend pas.

Secouez-vous mes soeurs. Vos enfants grandissent très vite, profitez de chaque instant que vous passez avec eux.

Traduit et retranscrit par: Oum Soumeyya

Source : Adem Günes, La maîtrise de la colère.

Pour celles qui désireraient se procurer le livre d’Oum Soumeyya intitulé Éducation, Pudeur et Genre‘, c’est par ici :

page-1-740x431

[purchase_link id= »1566″ text= »Ajouter au panier » style= »button » color= »blue »]

Votre soeur fillah Oum Soumeyya

Partagez.

À propos de l’auteur

4 commentaires

  1. oum salem de "Mapetitetroupedansledésert" sur

    salam alaykum,
    ce texte tombe à pic, ce matin j’ai été cette maman qui crie..; et effectivement je me déteste quand je suis comme ça! barak Allahu fik, je vais essayer les 15 minutes de « retrait »…
    qu’Allah nous donne la patience.
    fiamanillah

  2. Salam aleykoum
    Ce n’est pas si simple, complètement épuisée, débordée par les tâches qui s’accumulent et se répètent, incomprise par Monsieur Cher Epoux, enfermée dans une spirale qui se répète inlassablement, cernée par les cris des enfants et les requêtes, incapable de de prendre du temps pour soi, s’accrochant desepéremment à un projet qui me tient à coeur mais bâclé défaut de temps, frustrée de ne pouvoir profiter de mes enfants autant que je le souhaite mais un peu moins, incapable d’acepter leurs défauts du fait que je n’arrive plus à gérer les miens et bien… ça continue mais je m’accroche à certaines paroles précieuses et surtout je place ma confiance en Mon Seigneur Le Trés Miséricordieux, Le Clément
    tout ça pour dire que quand une maman crie, c’est qu’elle est (presque) à bout
    Qu’Allah nous facilite et nous renforce

  3. Salamoalaykoum Wa rahmatolahi wa barakatoh
    Oumzineb je suis comme toi et c vrai que ce n’est pas du tout facile à faire
    J ai l’impression qu il est trop tard surtout quand je vois mes enfants m imiter Allah al mousta3ane!
    Qu Allah nous facilite

  4. Qu’Allah nous viennent en aide en nous donnant encore plus de patience…
    Ce n’est pas facile, les enfants, l’époux, la maison ainsi que les soucis de la vie… tout ca à gérer !!!
    Il m’arrive souvent de pleurer un bon coup pour évacuer tout ce stresse.
    Hamdoulilah…

Laisser un commentaire