L’éducation à la pudeur: un thème qui nous concerne toutes et tous (2)

6

As salamou aleykoum mes chères lectrices! Nous continuons sur notre lancée sur le thème de l’éducation à la pudeur. Il y a quelques jours, nous avons abordé la première partie de ce chapitre. Pour celles qui l’auraient râté, c’est par ici:

L’éducation à la pudeur: un thème qui nous concerne toutes et tous (1)

Continuons notre résumé du livre intitulé ‘L’Éducation à la pudeur‘ écrit par Adem GÜNES:

  • Beaucoup de jeunes souffrent de troubles comportementaux liés à des informations concernant la sexualité qui leur ont été donnés plus tôt que prévu. Ainsi, ils ont ‘testé’ des choses alors que ce n’était pas le moment venu. Ils ont dépassé leurs propres limites.

  • Ces cours d’éducation sexuelle ont été donnés pour la première fois en Russie communiste, dans les années 1917. Voyant les effets néfastes de ces cours collectifs, les jeunes filles enceintes, les troubles comportementaux sexuels, … que ceux-ci ont causés, les cours ont été suspendus en 1940. Ces cours n’ont eu que des effets négatifs. Après la Russie, l’Europe s’y est mise aussi. Les jeunes souffrant de grossesses non-désirées, de problèmes psychologiques, etc, ils ont pensés que ceux-ci pouvaient être surpassés avec les cours d’éducation sexuelles. Ils se sont eux aussi trompés sur toute la ligne.

  • La différence entre l’éducation à la pudeur et l’éducation sexuelle est claire. L’éducation sexuelle a pour but de protéger les enfants de problèmes sexuels. L’éducation à la pudeur a pour but de montrer aux enfants que la sexualité est un thème privé et qu’elle ne peut avoir lieu que durant le mariage.

  • Durant l’éducation sexuelle, l’éducation est donnée aux enfants. Alors que pour l’éducation à la pudeur, les enfants mais aussi les parents doivent recevoir cette éducation.

  • Le but de l’éducation à la sexuelle est la ‘liberté sexuelle’ alors que l’éducation à la pudeur a pour but d’encourager à mettre certaines limites.

  • L’identité sexuelle : celle-ci est influencée par beaucoup de facteurs. Ceci va du choix de la couleur des vêtements à la façon dont on se comporte avec l’enfant. A partir de 4 ans, l’enfant doit ressentir une gêne lorsque certaines parties de son corps sont touchées. Surtout lorsqu’on lui touche ses parties génitales, l’enfant doit avoir le réflexe de montrer son mécontentement et doit repousser cette personne. Ses parties génitales doivent être soigneusement couvertes et ne doivent être montrées à personne. Ceci doit être appris à l’enfant en commençant par l’appliquer sur nous-même en tant que parents. Ainsi, le parent sera le guide de l’enfant durant cet apprentissage à la pudeur.

  • Lorsque vous faites prendre un bain à votre enfant, qu’il garde toujours sa culotte. Qu’il ne l’enlève pas afin que vous lui appreniez en pratique que c’est un endroit qu’il ne faut jamais montrer à personne, même aux parents.

  • Respecter ces règles : personne ne doit toucher, tapoter les organes génitaux de l’enfant, que ça soit pour jouer ou pour montrer de l’affection. C’est connu, frapper au derrière de l’enfant. Les grands-parents font souvent cela pour montrer leur affection. Non, ceci n’est pas correct. Il faut leur dire avec douceur que ceci détruit cette éducation à la pudeur que vous êtes en train de donner à l’enfant. L’enfant ne devra plus se trouver tout nu devant d’autres personnes à partir de 4 ans. Il ne devra pas s’habiller/déshabiller devant des autres. L’enfant voudra s’habiller et se déshabiller seul : donnez-lui cette possibilité. Il faudra lui apprendre à être seul lorsqu’il s’habille. Lorsque vous aidez votre enfant à nettoyer ses parties aux toilettes, essayez de limiter ce contact avec les parties génitales de l’enfant.

  • Le choix des jouets, la longueur des cheveux de l’enfant, les amis avec lesquels il joue (les filles avec les filles, les garçons avec les garçons), les objets qu’il utilise, le temps passé avec la maman pour la fille, et le temps passé avec le papa pour le garçon auront un impact influent sur son identité.

  • Un enfant de 4 ans doit être seul aux toilettes et doit être conscient que la toilette est un endroit privé. Il doit savoir qu’une personne qui fait ses besoins aux toilettes ne peut être vue par quelqu’un d’autre.

  • L’éducation à la pudeur se divise en 3 périodes à partir de la naissance :

          • 0 à 6-7 ans : la période de comportements réflexes appelée aussi ‘acquisition de sentiments’.

          • 6-7 ans à 11-12 ans : la préadolescence.

          • 12 ans et + : l’adolescence qui se montre petit à petit.

  • L’éducation à la pudeur protège les enfants des agressions : soyons conscients qu’Internet a aggravé le problème. Par jour, des millions de personnes visitent des sites pornographiques. Quelques chiffres pour que vous y voyiez un peu plus clair :

          • par seconde : 28.258 personnes visitent des sites à caractère pornographique dans le monde

          • par heure : 102 000 000 personnes surfent sur des sites pornographiques.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il nous reste à protéger nos enfants avec l’aide d’Allah en prenant les précautions nécessaires.

  • Il existe deux types de réflexes. Les réflexes innés (ceux que nous avons dès la naissance) et les réflexes acquis. Avec les réflexes acquis, l’être humain peut se protéger de certains dangers. C’est de ce genre de réflexes dont nous allons parler. Nous devons les apprendre à nos enfants afin qu’ils apprennent à se protéger en cas de danger. Un adulte peut reconnaître une personne qui a des mauvaises intentions grâce à ses gestes, paroles, comportements suspects… mais un enfant ne le pourra pas.

  • Il faut donner à l’enfant une telle éducation à la pudeur qu’il pourra, bien qu’il n’ait aucune connaissance sur ce qu’est la sexualité, faire la différence entre ce qui est ‘normal’ et ‘anormal’. Ainsi, il pourra se défendre.

  • Vous ne pourrez pas expliquer tout ceci à un enfant en le prenant devant vous et en lui faisant mine de lui ‘donner cours’. L’enfant ne comprendra pas. Cela ne servira strictement à rien. Vous devez donc apprendre le ‘bien’ et le ‘mal’ à votre enfant sur base du comportement.

  • Les parents doivent se concentrer sur la tranche d’âge 4-7 ans de leurs enfants. Après 7 ans, vous pourrez bien sûr apprendre d’autres choses à votre enfant, mais cette période de 4 à 7 ans est importante puisque certains réflexes et comportements seront plus vite appris par l’enfant.

  • Apprenez ces règles à votre enfant :

        • mon corps m’appartient

        • ‘tu peux me toucher si je t’y autorise’

        • les endroits de mon corps qu’il ne faut montrer et laisser toucher à personne

        • résister à une pression physique

        • le sentiment du ‘mon corps ne doit pas être vu’

        • la conscience de ‘il ne faut pas être nu dans la salle de bain’

        • personne ne peut rentrer aux toilettes avec moi.

        • Il faut être seul lorsqu’on s’habille et se déshabille

        • Tu peux entrer dans ma chambre si je t’y autorise

  • la conscience du ‘qui est qui’ : pour un enfant, le concept de ‘confiance’ est primordial. Un enfant fera totalement confiance à tous les adultes qui lui sont proches, puisque pour un enfant, il lui est impossible de concevoir qu’un adulte puisse lui faire du mal. Plus il grandira, plus l’enfant se rendra compte que cette pensée qu’il a en lui est fausse. Certains adultes peuvent faire beaucoup de mal aux gens qui les entourent. L’enfant apprendra aussi à s’éloigner des personnes qui pourraient lui faire du mal. Cependant, l’enfant pourra se rendre compte du danger qu’une personne représenterait pour lui uniquement entre l’âge de 7 et 9 ans. Certains n’en prennent conscience qu’à partir de 14 ans. Cette conscience du ‘qui est qui’ est donc très importante.

  • certaines erreur à ne pas commettre :

        • ne laissez pas votre enfant seul avec un autre enfant durant une longue période de temps. Contrôlez-les.

        • ne laissez pas votre enfant prendre un bain avec un étranger.

  • de nos jours, la majorité des enfants victimes d’agression sexuelle a pour cause leur confiance en tous les adultes qui l’entourent. Il faut donc apprendre à l’enfant à ‘catégoriser’ les gens qui l’entourent et ressentir un rapprochement pour certaines d’entre elles et pour d’autres, mettre ses distances. L’enfant doit pouvoir faire la différence entre son oncle (le frère du papa et de la maman) et un homme qu’il connaît et qu’il appelle ‘oncle’ par politesse. (Les soeurs arabes et turques savent de quoi je parle. ‘Amca’ ou ‘Ammou’.) L’enfant doit pouvoir faire la différence entre son oncle et le fils de son oncle. Il pourra faire confiance à son oncle, mais sa confiance au fils de son oncle sera limitée.

  • Les parents doivent clairement apprendre à l’enfant à se comporter différemment avec les personnes avec qui la ‘porte psychogénétique’ est fermée et les personnes pour qui la ‘porte psychogénétique’ est ouverte. Cela ne veut pas dire que le deuxième groupe est dangereux. Mais l’enfant doit apprendre à qui il peut totalement faire confiance et avec qui il doit mettre ses limites.

Quelle est cette ‘porte psychogénétique’ ? Le fait qu’une personne soit sexuellement attirée par une autre est basée sur un élément psychologique. En temps normal, toute personne serait attirée par une personne du sexe opposé. Cependant, certaines personnes ont entre elles ce qu’on appelle un ‘désaccord génétique’. Cette porte de ‘proximité sexuelle’ est donc fermée à jamais pour ces personnes-là. Il est impossible que ces personnes aient une attirance sexuelle l’une pour l’autre (sauf pour les cas problématiques…). Les personnes pour qui les portes psychogénétiques sont fermées sont les suivantes (il faut impérativement apprendre à l’enfant à avoir confiance en ces personnes) : maman, papa, oncles maternels, oncles paternels, tantes maternelles, tantes paternelles, frères et soeurs, grands-parents’. Apprenez donc à votre enfant à limiter sa confiance aux personnes autres que celles citées ci-dessus.

(à suivre…)

Ecrit par votre soeur Oum Soumeyya

Source :  Adem GÜNES, Mahremiyet Egitimi (L’Education à la Pudeur), éditions Selis, Istanbul, 2014.

Partagez.

À propos de l’auteur

6 commentaires

  1. Salam alayki okhti, Allahibarak c’est ce genre d’article qu’on devrait plus souvent lire sur la toile.
    Baraka Allahofiki j’ai bien aimé, c’est toujours un bon rappel.
    En revanche, personnellement je dirai qu’il faudrait avoir une méfiance envers toute personne masculine, même l’oncle très proche!!!! Les attouchements sexuelles est malheureusement quelque chose de très répandues de nos jours au sein même de la famille Allah mousta’an!!!!!!
    Qu’Allah préserve nos enfants!!!!

    • Wa aleyki selam wa rahmatoullah ma soeur,

      Wa fiki barekallah!

      J’ajouterai que chaque cas doit être traité différemment, dans la. Orme, l’oncle est comme le père. Il n’y a pas de doute à cela. Cependant, il y a des critères pour juger s’il est vraiment comme un père.

      Est-il un musulman qui fait attention à ses comportemens, gestes, paroles?

      Consomme-t-il de l’alcool , drogue, substances dangeureuses?

      A-t-il un âge avancé ou est-il adolescent qui se rebelle contre tout?

      Etc, etc, etc.

      C’est à chaque maman et papa à observer et tirer des conclusions.

  2. Zeyna oum Abdenour sur

    slm, jzk pour tout on beau travail oum soumeyya, je me permets juste de relever une faute de frappe :
    Le but de l’éducation à la pudeur est la ‘liberté sexuelle’ alors que l’éducation à la pudeur a pour but d’encourager à mettre certaines limites.

    slm

    • Wa aleyki selam wa rahmatoullah wa barakatouh,

      Avec plaisir, c’est du boulot, mais alhamdoulillah, j’ai appris énormément de choses qui je devais absolument partager. Des infos qu’il faut partager avec notre entourage, sur les réseaux sociaux, par mail…

      Pour l’erreur dans le texte, c’est corrigé, barakallahoufiki pour ton attention????????????????????????

Laisser un commentaire