Détox du sucre / Oum Hümeyra

5

Selam aleykoum mes chères sœurs,

Vous l’aurez sans doute remarqué, le sucre est partout ! Il est bien sûr présent dans nos gâteaux, nos desserts lactés, mais également dans nos conserves de maïs ou de carottes, dans le ketchup, dans les mélanges d’épices, dans les charcuteries, etc. Il est donc difficile de ne pas être en overdose !L’objectif de cet article sera donc de vous parler de détox du sucre.

Vous vous demandez sans doute pourquoi un article sur le sucre ?

Depuis de longues semaines, je ressentais une fatigue inexpliquée. Mon médecin n’a pas trouvé la source de cette fatigue. Mais la situation commençait à devenir ingérable. Dès le matin, mes gestes étaient ralentis, comme si mon corps essayait d’économiser le peu d’énergie qu’il avait. Pourtant, je pensais lui donner ce dont il avait besoin.

En m’observant de plus près, j’ai remarqué que ma fatigue était plus importante après le petit-déjeuner. Quant aux repas, ils m’assommaient littéralement. Ainsi, vers 18 heures, je n’avais plus d’énergie pour faire quoi que ce soit. Je vous laisse imaginer l’état de la maison pendant ces quelques semaines ))

Ma fatigue semblait donc liée à mon alimentation. Le premier ingrédient qui m’est venu à l’esprit est le sucre. J’ai pu écarter l’hypothèse d’un diabète par une analyse sanguine. Mais je m’obstinais à penser que le sucre y était pour quelque chose.

À plusieurs reprises, j’avais visionné des vidéos qui vantaient les mérites de la « détox du sucre ». Oui, je dis bien « détox » car le sucre agit sur le cerveau de la même manière qu’une drogue. Cela a d’ailleurs été prouvé avec des souris qui préféraient le sucre à la cocaïne ! (1) Je vous avoue que ces informations n’avaient pas eu de réel impact sur moi. Je pensais que le « fait maison » m’épargnait et que je n’étais pas dépendante au sucre, ou du moins qu’il ne constituait pas un problème chez moi.

Une dernière vidéo, visionnée il y a trois semaines, a cependant joué un grand rôle. On y montrait un journaliste ayant arrêté le sucre pendant trois mois. Ses paramètres sanguins se sont améliorés, mais il a également perdu 3 cm de tour de taille. Et cela, seulement en arrêtant le sucre. À ce moment précis, j’ai décidé de diminuer drastiquement le sucre !

Bien sûr, cela ne s’est pas fait facilement. Je n’ai pas consommé de sucre ajouté (entendez par là, le sucre blanc ou saccharose et le glucose) pendant 10 jours. Vous trouverez ci-dessous mes impressions pour les 4 premiers jours, les jours suivants étant semblables au quatrième.

Jour 1

Le premier jour, je n’ai ressenti aucune envie sucrée. Et je n’ai rien noté de particulier : ma fatigue était présente et je fonctionnais toujours au ralenti.

Jour 2

Le deuxième jour, ma fatigue s’est décuplée. Sans compter des maux de tête qui ressemblaient à une migraine et une grande nervosité. Je voyais là les effets d’un sevrage et en l’occurrence un sevrage du sucre. C’est là que j’ai compris que j’étais réellement accro au sucre.

Jour 3

Le troisième jour, j’ai ressenti une hypoglycémie au réveil. Après le petit-déjeuner, tout est rentré dans l’ordre. Ce qui m’a manqué est de sucrer mon thé. Je me suis contentée d’une cuillère à café de miel bio. Et oui, le miel est une source de sucre naturel. Mais il ne faut pas en abuser (vu l’indice glycémique élevé, nous y reviendrons) et consommer uniquement du bio si l’on veut être certain qu’il ne contient aucun sucre ajouté.

À mon grand étonnement, je ne montrais plus aucun signe de fatigue. J’étais très énergique et cela jusqu’à l’heure du coucher. J’avais des envies sucrées et j’ai comblé ce manque en consommant 5-6 fruits sur la journée. En soirée, j’ai mangé du pop corn maison cuit à la machine à pop corn (sans sucre donc, mais également sans gras et sans sel). Léger et délicieux !

Jour 4

Je suis toujours en forme. Mes envies sucrées ont diminué mais me passer du goût sucré n’est pas si facile. Je me rends compte qu’il est plus facile pour le corps que pour le cerveau de se passer du sucre. Le sucre avait également pour moi une fonction de réconfort. D’ailleurs, n’appelle-t-on pas les sucreries, « douceurs ».

Suite aux dix premiers jours sans sucre, j’ai eu une réelle prise de conscience quant aux effets néfastes du sucre. Je me porte désormais à merveille. En même temps, j’ai décidé que je pourrai consommer du sucre. Avec une très grande modération, bien entendu ! Ainsi, le niveau zéro sera de mise avec quelques écarts possibles tels qu’un carré de chocolat noir ou une tranche de cake de temps à autre.

Désormais, ma consommation de fruits a augmenté. Je suis consciente qu’ils contiennent du sucre et qu’il ne faut pas en abuser. Mais me priver du goût sucré est réellement difficile. L’index glycémique est un bon indicateur lorsque l’on désire consommer des aliments sucrés (naturellement ou non).

« L’index glycémique (IG) est un indicateur de l’incidence de la consommation des aliments sur l’augmentation de la glycémie, soit le taux de sucre dans le sang. Plus l’index est élevé, plus de taux de glycémie est haut.

L’index glycémique des aliments varie entre 0 et 100, le glucose étant considéré comme la référence à 100.

  • Entre 0 et 40 : index glycémique faible.

  • Entre 40 et 60 : index glycémique moyen.

  • Entre 60 et 100 : index glycémique élevé. » (2)

À titre d’exemple, quelques aliments ayant un :

  • IG faible : cacao en poudre (sans sucre), cerise, champignon, chocolat noir (plus de 70% de cacao), clémentine, figue, figue de barbarie, amandes, noisettes, lait, olive, prune, pomme, fruits rouges ;

  • IG moyen : ananas, farine intégrale, boulgour, flocons d’avoine, jus d’orange pressé, kaki, litchi, patate douce, raisin, topinambour ;

  • IG élevé : banane, châtaigne, confiture, datte, farine blanche, galette de riz, miel, pain blanc, pastèque, raisin sec, sirop d’érable, sucre (blanc, roux, complet, intégral).

Je sais aujourd’hui que le sucre est une source d’énergie seulement si correctement dosé. Dans le cas contraire, il n’est que source d’épuisement.

La détox du sucre est une expérience que je vous conseille vivement. Vous en sortirez forcément gagnante, avec l’aide d’Allah !

Écrit par: Oum Hümeyra

Sources:

1 Cfr. travaux de Serge Ahmed, chercheur au CNRS.

2 Espinasse, V . (2016). J’arrête le sucre ! Libérez-vous de votre addiction pour retrouver la forme. J’ai lu.

Partagez.

À propos de l’auteur

5 commentaires

  1. Salamou alaykoum, je n’aura jamais soupçonné le sucre d’être Plus ou moins responsable d’une aussi grande fatigue. Merci pour l’article, je vais me lancer aussi dans la détoxication inchaAllah, il est clair que ça ne peut que nous faire du bien!

  2. As salam alaikom

    J’ ai entrepris la même démarche que toi Ukhtee .. Cela fais deux semaines mais je me suis dis que chaque samedi je me ferais un petit truc sucrée ( histoire de me récompenser d’avoir tenu le coup ) enfin c’est pas top car je perd le bénéfice de toute une semaine je pense . Mais je compte enlever cette « récompense  » et m y mettre plus sérieusement . Qu Allah taala facilite .

  3. Emilie Oum Kalthoum sur

    Assalam aleykom

    Moi je suis très clairement accro au sucre !!! J’aimerais vraiment m’en passer mais ça me paraît impossible !!!
    Je suis très étonnée que la banane ait un IG élevé ! J’en consomme beaucoup en cas de coup de pompe, en croyant bien faire !
    Par contre, le chocolat à 70% a un IG faible : ça veut dire qu’on peut en consommer chaque jour ? En quelle quantité ?
    Et sais-tu si on peut faire des gâteaux avec un IG relativement faible N

    Baraka Llaho fiki

    • Wa aleykoum selam ma soeur Emilie Oum Kalthoum,
      Pour la première partie, je laisse Oum Hümeyra y répondre, parce que je n’en sais rien ))
      Mais pour le gâteau avec moins de sucre, c’est tout aussi bon! Désormais, quand je prépare des cakes, j’y ajoute 1/2 verre de sucre au lieu d’un verre, et franchement c’est tout aussi bon. Je ne vois pas vraiment la différence et le cake est plus léger bien sûr ))

    • Aleykoum selam!
      En effet, on peut consommer du chocolat chaque jour. Mais pas plus d’un petit carré! Et c’est amplement suffisant à côté d’un café faiblement sucré au sirop d’agave. Le chocolat à 70% est d’ailleurs pour moi un coupe-faim.
      L’important est de pouvoir tenir les deux premières semaines, qui sont les plus difficiles.
      Courage!

Laisser un commentaire