La première nuit : comment en parler à ma fille ?

3

As salamou aleykoum wa rahmatoullâhi wa barakâtouh mes chères lectrices,

Aujourd’hui, j’aimerais aborder un thème dont on ne parle pas souvent. Un thème qui me tient à coeur puisque nombreuses sont nos soeurs à la veille de leur mariage qui ont une ribambelle de questions auxquelles elles n’ont pas pu trouver de réponses satisfaisantes… Et finalement, elles se retrouvent seules et perdues pour ce jour si important qui va les marquer pour le reste de leur existence.

Il n’y a pas de doute que la pudeur fait partie de la foi. Ceci est indiscutable. Cependant, rappelons-nous les sahabiyate qui posaient toutes leurs questions – même très intimes – à notre Mère Aïcha raidyallahou anha.

Cela n’est pas une honte.

Cela est désolant qu’à la veille de son mariage, une jeune fille soit angoissée et crispée dû au fait qu’elle n’ait pas pu trouver un réconfort auprès d’une soeur, tante ou cousine de son entourage.

Nombreuses sont les mamans qui sont très proches avec leur(s) fille(s) mais qui ont un blocage lorsque cela concerne ce sujet précis. Ceci est tout à fait compréhensible. Néanmoins, la fille n’ose pas non plus poser ses questions à sa maman. Qui va alors se charger de ce rôle?

Nous ne demandons à personne de révéler sa propre vie privée durant cette discussion si fondamentale.

Si vous n’y arrivez vraiment pas, il serait judicieux de déléguer cette tâche à une autre femme de votre famille ou entourage qui pourrait être plus à l’aise que vous. Qu’en pensez-vous ?

Il y a plusieurs solutions qui pourraient nous aider à résoudre ce problème.

Premièrement : offrir un ou livre qui aborde ce sujet. En offrant celui-ci, rassurer la soeur en question avec quelques phrases pleines de douceur et de sagesse afin de lui faire comprendre qu’en cas de soucis, elle peut s’adresser à vous.

Deuxièmement : si vous n’avez pas trouvé LE livre que vous recherchez, vous pouvez vous-mêmes rédiger une lettre dans laquelle vous expliquerez à la soeur le nécessaire pour qu’elle puisse être prête pour le jour J.

Troisièmement : si vous n’osez pas franchir les pas précédents, vous pouvez tout simplement conseiller à la mariée le nom d’une spécialiste musulmane qui pourra la conseiller au mieux en soulignant bien l’importance de ce rendez-vous pour son bien-être.

Sachez que si vous ne fournissez pas des informations à cette soeur, d’autres s’en chargeront. En bien ou en mal. Faites donc le pas mes soeurs. Cela fait partie de notre responsabilité en tant que mères, soeurs, tantes. Elles sont les filles de notre communauté. Nous n’avons pas le droit de les laisser sans aide.

Même si elles ne viennent pas vers nous, allons vers elles tout naturellement. C’est bien plus important que tous les autres préparatifs qui ont un lien étroit avec le gaspillage et l’ostentation. Si vous saviez…

Qu’Allah préserve nos enfants de tous les maux,

Qu’Il nous garde sur Son chemin,

Votre soeur Oum Soumeyya

Partagez.

À propos de l’auteur

3 commentaires

  1. Wa 3aleyki as salam wa rahmatullah wa baarakatuh

    Baaraka Llah fiki pour cette article du coup tu as des livres a nous conseiller surtout pour des filles de nature très stressées^^

    • Wa fiki Umm Z, je n’ai pas de livre à conseiller pour le moment. J’ai préparé un document uniquement pour les soeurs de mon entourage que je leur envoie une à deux semaines avant leur mariage pour leur laisser le temps de lire et comprendre les informations. Si nécessaire elles me posent leurs questions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.