Travail de recherche : L’éducation, la pudeur et le genre (2) | Oum Soumeyya

1
Crédit photo: Dana-esteline

Crédit photo: Dana-esteline

As salamou aleykoum mes chères soeurs !

Aujourd’hui, vos aurez l’occasion de découvrir la deuxième partie du travail de recherche intitulé L’éducation, la pudeur et le genre. Pour celles qui auraient manqué la première partie, c’est par ici : L’éducation, la pudeur et le genre (1)

Qu’Allah vous garde !

Prenez bien note des points importants. Je le répète souvent, mais une information qui n’est pas notée est susceptible d’être oubliée.

Bonne lecture !

Votre soeur Oum Soumeyya


A quoi servira cette éducation à la pudeur ?

Un enfant qui a reçu cette éducation à la pudeur aura moins de risque de tomber entre les mains d’un agresseur ou d’une personne avec de mauvaises intentions. A la suite d’une éducation à la pudeur, un élément important sera compris par l’enfant : ‘mon corps m’appartient’. Un enfant qui se rendra compte de cela pourra se protéger contre les dangers.

De plus, il me semble important de souligner le fait qu’un petit enfant ayant reçu cette éducation à la pudeur aura des réflexes qui lui permettront de se protéger du danger, même s’il ne se rend pas très bien compte de ce qui pourrait lui arriver. Il se sentira mal face à cette situation et désirera s’éloigner de cet endroit. Cependant, un enfant qui n’aura pas acquis cette notion de pudeur aura plus de chance de tomber dans ces pièges. Qu’Allah les en protège !

Des filles comme des filles, des garçons comme des garçons

Allah a créé des filles et des garçons. Ceux-ci présentent des traits de caractère différents, des talents différents et surtout des façons d’être différentes. Ceci est primordial pour l’équilibre psychologique de nos enfants. Il faut donc les éduquer pour que nos filles se comportent comme des filles et nos fils comme des garçons. Les parents et l’entourage jouent un rôle primordial dans cette éducation.

Le problème de nos jours est que l’on essaye de nous faire accepter un troisième genre qu’ils appellent l’homosexualité. Ces personnes font en sorte que ceci entre dans les normes. Nous devons donc protéger nos enfants de ce danger de l’homosexualité. L’homosexualité n’est pas une norme. C’est un problème, un trouble qui doit être soigné. Il y a quelques années, dans les cours de psychologie, l’homosexualité était cité parmi les autres troubles et déviances sexuels. Aujourd’hui, ils essayent de nous prouver le contraire. Ne soyons pas dupes.

Deux grandes explications peuvent être données à cette maladie : un problème hormonal ou des facteurs psycho-familiaux. Néanmoins, il est important de noter que chez la grande majorité d’enfants souffrant de ce trouble, aucun symptôme biologique n’a été trouvé.

Les garçons : les symptômes et signes d’un trouble d’identité sexuelle

  • l’enfant aura des problèmes d’intégration aussi bien dans un groupe de filles que dans un groupe de garçons.

  • L’enfant passera la majorité de son temps à s’imaginer en temps que fille

Les erreurs commises par les parents concernant leurs fils.

  • habiller son enfant comme un enfant du sexe opposé. En d’autres mots : habiller un garçon comme une fille.

  • Choisir des jouets destinés au sexe opposé. En d’autres mots : acheter des jouets de fille à votre fils.

  • Jouer à des jeux de filles avec votre fils, comme par exemple jouer à la dînette.

  • Laisser pousser les cheveux des garçons de sorte qu’il ressemble à une fille.

  • L’absence de modèle paternel auquel l’enfant pourra s’identifier afin de construire son identité après un décès ou un divorce, ou même une longue absence.

  • Le fait que la maman soit trop proche de son fils, ce qui engendrera que le fils prendra la maman pour modèle.

  • L’inattention et le manque de tendresse du père envers son fils. Le manque de communication avec le père.

  • La peur de la séparation de la mère qui engendrerait une relation trop proche entre le fils et la mère.

  • L’état d’âme négative et dépressive de la mère ainsi que sa vision des hommes comme des ennemis.

Comment le soigner ?

Pour les troubles d’identité sexuelle, il existe deux moyens de soigner. Premièrement : une psychothérapie pour la maman et le papa. Deuxièmement : un psychothérapie individuelle ou de groupe pour l’enfant seul. La durée de la psychothérapie est longue et la rapidité des résultats varient d’une personne à l’autre. Les enfants qui n’ont qu’un trouble concernant les vêtements et les jeux/jouets donneront des résultats plus rapides que les autres, c’est-à-dire que ceux qui désire carrément changer de genre.

Et chez les filles ?

Une fille chez laquelle un trouble d’identité sexuelle est détecté, il y a un désir d’être comme un garçon. Rarement, la fille dira clairement qu’elle est un garçon. Elle n’acceptera pas ses changements corporels et le vivra très mal. Elle n’acceptera pas son corps. Par exemple : elle affirmera qu’elle a un pénis ou croira fermement qu’elle en aura un plus tard. Elle voudra pisser debout. Elle sera dérangée de sa poitrine qui pousse ou même de ses menstrues. Dans ses mimiques et gestes, il est possible de voir des indices de masculinité. Elle choisira des vêtements et accessoires masculins. Elle mettra des pantalons au lieu de jupes. Elle refusera de porter des boucles d’oreilles, colliers et bracelets. Elle ne laissera pas pousser ses cheveux, elle les fera couper courts. Elle fréquentera des garçons en majorité, elle prendra part à leurs activités et sports.

Par rapport aux garçons, le taux de troubles d’identité sexuelle chez les filles est moindre. Les enfants dont la maladie du Syndrome Adréno-Génitale est présente peuvent souffrir de ce trouble. Les facteurs de causes ne sont pas aussi évidents que chez les garçons. Cependant, le traitement est le même que chez les garçons.

Les erreurs commises par les parents concernant leurs filles

  • habiller son enfant comme un enfant du sexe opposé. En d’autres mots : habiller un fille comme un garçon.

  • Choisir des jouets destinés au sexe opposé. En d’autres mots : acheter des jouets de garçon à votre fille (voitures par exemple).

  • Couper les cheveux de la fille très courts de sorte qu’elle ressemble à un garçon.

  • L’absence de modèle féminin auquel la fille pourra s’identifier afin de construire son identité.

Comment détecter un problème d’identité sexuelle chez nos enfants ?

Pour pouvoir dire qu’un enfant a un problème d’identité sexuelle, les symptômes doivent apparaître juste avant l’adolescence. Généralement, ce problème montre ses premiers signes aux alentours de 3 à 5 ans, et si les familles ne sont pas attentives à cela et ne prennent pas de précautions, ceci peut s’empirer.

Le problème ?

L’enfant essayera de s’identifier à son père (pour le garçon) ou à sa mère (pour la fille). Le rôle du père est important dans l’éducation du fils et de la fille. Concernant le fils, celui-ci apprendra à connaître son identité sexuelle grâce à son père. Il sera heureux d’être ce qu’il est, et sera en paix avec lui-même. Un garçon apprendra à devenir un homme et se comporter en vrai homme en regardant son père. Grâce à cette imitation et ce désir inconscient de ressembler, l’identité sexuelle de l’enfant se formera. Cependant, ce point est très important : pour que l’identité sexuelle de l’enfant puisse se développer normalement, l’identité sexuelle de chaque parent doit être visible et mûrie. Le lien de proximité que l’enfant a avec le parent (le papa pour le garçon et la maman pour la fille) joue un rôle primordial. Par exemple : un papa qui voit rarement sont fils et qui n’a aucun contact et aucune communication avec lui ne sera pas un bon modèle pour son fils.

De la même manière, le père joue également un rôle important dans le développent de l’identité sexuelle de la fille. La figure du père est importante pour la fille pour que celle-ci soit satisfaite de sa propre identité. L’opinion qu’elle aura des autres hommes sera fortement liée avec celle qu’elle a de son propre père sur base du lien que le père et la fille ont. Notons que la mère ne doit jamais rabaisser le père devant les enfants. Elle ne doit pas voir l’enfant comme une boîte à secrets à laquelle elle raconte tous ses problèmes qu’elle rencontre avec leur père. Même s’il y a un divorce, la mère doit modérer ses propos et se taire. Pareil pour le père : s’il divorce, il ne doit pas rabaisser la mère devant ses enfants. Dans le cas contraire, l’enfant s’éloignera non seulement du père/de la mère, mais il s’éloignera aussi des hommes/femmes et de leur monde. De plus, il sera face au danger de se détacher se sont identité sexuelle.

(à suivre…)

Ecrit et traduit par : Oum Soumeyya

Sources :

Adem Günes, Pédagogue, Mahremiyet egitimi.

Banu Yasar, Psychologue et psychothérapeute, Kizlari Kiz Gibi, Erkekleri Erkek Gibi Yetistirmek.

Ali Cankirili, Pédagogue

http://www.islamihayatdergisi.com/konular/detay/ocukta-mahremiyet-eitimi

http://www.psikodestekcocuk.com/cocuklarda-mahremiyet-egitimi.html

Partagez.

À propos de l’auteur

Un commentaire

  1. Retour de ping : Travail de recherche: l’éducation, la pudeur et le genre (3) | Oum Soumeyya | Oum Soumeyya

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.