Chronique d’Oum Hümeyra: Alternatives à l’aluminium

6
Crédit photo: Hurdaalimi

Crédit photo: Hurdaalimi

L’aluminium, l’un des produits les plus utilisés, est omniprésent dans notre environnement. Nous le trouvons aussi bien dans l’industrie agroalimentaire, les cosmétiques, les vaccins, l’eau que dans divers outils que nous utilisons quotidiennement. Or, l’aluminium est dangereux pour la santé en augmentant, notamment, les risques de démence et de maladie d’Alzheimer. Il n’a d’ailleurs aucune utilité pour notre organisme. Il est donc nécessaire de trouver des alternatives à l’aluminium, ce métal toxique !

Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de trouver des pistes afin d’éviter au maximum le contact avec l’aluminium. Précisons que la liste n’est pas exhaustive.

Les boîtes de conserve et les canettes

De nombreux aliments sont conservés dans des boîtes de conserve. L’alternative est ici de préférer les bocaux en verre ou les aliments surgelés. En particulier, concernant les canettes, la vigilance doit être de mise pour les thés glacés (iced tea). En effet, le duo thé et aluminium conduit à un processus d’oxydation, qui ne fait qu’augmenter les quantités d’aluminium libérées dans le liquide et donc ingérées.

Les ustensiles de cuisine

Préférez des casseroles en acier inoxydable ! Vos ustensiles en aluminium ne feront que contaminer vos aliments. D’autant plus si ces derniers sont conservés dans le récipient en aluminium dans lequel ils ont été cuits ! Par ailleurs, les aliments acides tels que le citron, faciliteront la migration de l’aluminium vers les aliments.

Les déodorants

Les sels d’aluminium ou chlorure d’aluminium se trouvent en tête de liste des ingrédients présents dans les déodorants. Parmi les risques du chlorure d’aluminium, on retrouve les allergies et le cancer du sein. En outre, l’absorption de l’aluminium est 6 fois plus élevée dans les quatre heures après rasage des aisselles.

Certains déodorants, bien que très minoritaires, ne contiennent pas de sels d’aluminium. La pierre d’alun est souvent montrée comme l’alternative naturelle aux déodorants, elle doit toutefois être naturelle. Bien qu’elle soit formée de sulfate d’aluminium, ce dernier ne pénètre pas dans l’épiderme et ne présente pas de danger pour la santé. Par ailleurs, le bicarbonate de soude fait également l’affaire ; il faut le mélanger avec un peu d’eau, appliquer la « pâte » obtenue sur vos aisselles et rincer.

Les additifs alimentaires

Les aliments que nous consommons contiennent de nombreux additifs, codifiés par la lettre E. Étant trop nombreux, nous ne connaissons généralement pas leur signification. Or, les additifs suivants sont des variantes de l’aluminium :

  • métal (E173);
  • sulfates (E520 à E523);
  • phosphates (E541;
  • silicates (E554-555-556-559)

Nous devons donc les éviter autant que possible en n’achetant pas les produits qui en contiennent, dont le sel de table où il est utilisé comme anti-agglomérant. J’ai d’ailleurs été très surprise d’en retrouver dans la liste d’ingrédients du sel (soit disant de qualité!) qui se trouve dans mon placard ! Prenons l’habitude de lire attentivement la liste d’ingrédients de tout ce qui peut se trouver atterrir dans nos armoires !

Le lait en poudre

Conservé généralement dans des boîtes en aluminium, le lait en poudre pour bébés n’échappe pas à la règle. D’ailleurs, il contient généralement 2 à 3 fois plus d’aluminium que les quantités autorisées pour l’eau du robinet, soit 0,2 mg/l selon l’OMS. Allaiter est bien entendu la meilleure alternative. Si cela n’est pas possible, verser le lait en poudre dans un bocal en verre immédiatement après ouverture.

Le papier aluminium

Lorsque nous cuisinons, le papier aluminium est à proscrire ! Si vous désirez cuire un aliment au four, préférez une cocotte en terre cuite ou du papier sulfurisé.

Par ailleurs, les films en plastique peuvent être préférés en tant qu’emballages. Dans tous les cas, laisser refroidir un aliment avant de le mettre dans un contenant en plastique. L’idéal étant d’utiliser bien sûr des contenants en verre.

Les crèmes solaires

L’aluminium tristearate est seulement l’un des ingrédients contenus dans les crèmes solaires. En effet, nombre de crèmes solaires contiennent des filtres chimiques, censés protégés contre les UVA et les UVB. Toutefois, ces filtres sont eux-mêmes nocifs pour la santé et particulièrement sur le système endocrinien, agissant comme des hormones (œstrogènes) quand ils sont appliqués sur la peau.

Les ingrédients à éviter dans les crèmes solaires sont les suivants :

  • Oxybenzone (BP-3 ou BZ-3);
  • Benzophénones (BP-1, BP-2, BP-3 ou BZ-3, Escalol 567, Uvinul M40, Uvasorb Met);
  • Octyl-méthoxycinnamate (OMC);
  • 4-méthylbenzylidène camphre (4-MBC);
  • 3-benzylidène camphre (3-BC);
  • PABA (la majorité des produits solaires n’en contiennent plus).

Il faut plutôt privilégier les crèmes contenant :

  • Parsol 1789 ou avobenzone avec Mexoryl (SX et XL) ou octocrylène;
  • Tinosorb (ou bemotrizinol);
  • Oxyde de zinc
  • Dioxyde de titane (innocuité incertaine).

Les vaccins

L’hydroxyle d’aluminium est aujourd’hui présent dans presque tous les vaccins. Alors que le phosphate de calcium, composant inoffensif pour l’être humain, était encore utilisé il y a une quinzaine d’années, l’hydroxyle d’aluminium a été préféré pour une question de profit industriel.

Sachons que l’hydroxyle d’aluminium peut engendrer une maladie musculaire chronique, dénommée myofasciite à macrophrage (MFM). Cette maladie se présente par des douleurs musculaires et une douleur chronique. Sans compter que l’aluminium contenu dans les vaccins peuvent aller jusqu’à causer une paralysie.

L’aluminium étant fort présent dans notre quotidien, la somme des concentrations présentes dans les divers produits qui entrent en contact avec notre corps est très important. D’autant plus que ce métal passe la barrière placentaire et a donc un effet néfaste sur le fœtus. Nous nous devons, dès lors, de limiter la quantité d’aluminium afin de préserver au mieux notre santé.

Oum Hümeyra

Partagez.

À propos de l’auteur

6 commentaires

  1. Barakallahou fiki Oum Hümeyra, pour cet article très intéressant!

    J’ai quelques questions:
    – penses-tu que les poêles en Teflon soient une alternative aux casseroles en aluminium?
    – comment faire la différences entre les casseroles en inox et celles en aluminium puisque leur apparence est la même?

    J’ai un truc pour les moules en aluminium: y placer du papier sulfurisé avant de verset la pâte du cake. Ou alors, faire le cake dans un moule en verre (qu’on appelle Pyrex) ou en porcelaine. C’est ce que je fais )) Et ils ne ratent pas alhamdoulillah, contrairement à ce que l’on pourrait croire ))

  2. Et concernant les vaccins: depuis quelques mois, j’ai décidé de ne plus faire vacciner ma fille. Je me suis bien documentée à ce sujet, et c’est fini! je ne serai plus une marionnette et ma fille ne sera plus un cobaye des firmes pharmaceutiques avides d’argent! Alhamdoulillah, Allah m’a ouvert les yeux!

  3. Les poêles en Teflon sont une bonne alternative à celles en aluminium. Il faut toutefois prendre garde à ne pas les griffer en utilisant, par exemple, des cuillères en bois. Dans le cas contraire, elles seraient d’autant plus cancérigènes que les casseroles en aluminium.
    Une astuce très simple pour différencier les casseroles en aluminium de celles en acier inoxydable est de lire les indications au dos de la casserole. Celles en acier inoxydable de meilleure qualité contiennent la mention 18/10 (18% de masse en chrome et 10% en nickel). Elles peuvent sembler plus chère à l’achat, mais leur durée de vie est longue, trèèès longue ;)

Laisser un commentaire