Témoignage: Elles me manquent…

2
Crédit photo: Hanimeli

Crédit photo: Hanimeli

As salamou aleykoum mes soeurs. Aujourd’hui, une lectrice a désiré témoigner. Je vous invite à lire un petit peu son histoire pour que vous compreniez mieux ce qui s’est passé.

Salam ourthy
Je me permets de te contacter pour te raconter mon histoire et savoir s’il était possible d’en parler sur ton blog.
Je suis tombée enceinte en août 2013 après trois ans d’essai. J’ai deux filles de 8 et 7 ans. Mon mari et moi souhaitions un garçon, mais la gynéco nous a annoncé que nous attendions des jumelles. Après un bref instant de déception nous étions aux anges. Mais voila, le destin en a décidé autrement: le 6 février 2014, à six mois de grossesse, la gynécologue nous apprend que nos jumelles sont décédées. J’ai du accoucher six jours plus tard.
J’avoue aujourd’hui que sans l’islam dans ma vie, sans cette foi je n’aurais pas supporté. Et sept mois après, je vais bien et avec mon mari nous avons décidé d’essayer à nouveau.
Merci ourthy de m’avoir lue.
Bonne continuation.
N.
Voici le témoignage de notre soeur:
« La perte d’un enfant est toujours quelque chose de difficile à vivre, je le sais parce que je l’ai vécu et c’est pour cette raison que j’ai décidé de vous faire part de mon histoire.
Il y a neuf mois, j’ai du accoucher de mes jumelles. Elles étaient mortes à l’intérieur de mon ventre depuis une semaine. Une épreuve très douloureuse pour une mère.
Pourtant, tout avait bien commencé. C’était en octobre de l’année dernière où j’apprenais qu’après trois ans d’essai, j’étais enfin enceinte. Ce troisième enfant tant désiré était enfin là! J’ai appris ma grossesse plus le tard – à un mois et demi – je n’avais aucun symptômes, je me portais à merveille.
Deux semaines plus tard, j’apprenais que j’attendais non pas un mais deux bébés. Des vrais jumeaux ou jumelles. J’étais heureuse, c’était le bonheur absolu.
Le problème, c’est que ma grossesse n’était pas une grossesse comme les autres. Elle était à risque et je devais être surveillée toutes les trois semaines.
Les jours passaient et tout allait bien. Les jumelles (et oui encore des filles, mes ainées ont 8 et 7 ans aujourd’hui) grandissaient à une vitesse folle. Que demander de mieux.
Mais voilà. Le 6 février, le jour de mon examen du 6ème mois de grossesse, la gynécologue m’annonce que mes bébés, mes petites princesses sont mortes.
Le choc. Là, tout s’écroule… les larmes coulent…
Le plus dur, c’est d’être restée une semaine avec mon ventre rond pendant. Une semaine avec mes jumelles décédées dans mon ventre. Le temps de prendre des médicaments pour provoquer les contractions et l’accouchement.
Je suis allée les voir. Il le fallait, pour faire mon deuil mais aussi pour ne pas avoir de regrets.
Aujourd’hui, je vais mieux alhamdoulillah. Et tout cela grâce à la foi. L’islam m’a permis d’accepter cette épreuve comme un cadeau du ciel. Mes princesses ont été promises au Paradis et c’est la plus belle chose qui soit. Le but d’une mère, c’est de mener ses enfants aux Paradis.
Pourquoi devrais-je me plaindre? J’ai de la chance al hamdoulillah d’avoir deux adorables filles et un mari merveilleux et inchaAllah j’aurai d’autres enfants.
Je pense à elles souvent. Je ne ressens aucune colère, aucune tristesse. Seulement une absence.
L’islam est la plus belle chose qui nous a été donné en ce bas-monde.
N. »
Qu’Allah accorde une descendance pieuse à cette soeur et à toutes celles qui désirent avoir des enfants. Qu’Allah récompense cette soeur pour sa patience. Une dure épreuve. Qu’Allah lui accorde un très haut degré au Paradis, ainsi qu’à toute sa descendance.
Partagez.

À propos de l’auteur

2 commentaires

  1. Salam aleikoum. Amine, amine, amine… Ce que je retiens de plus fort dans ce témoignage, c’est la patience de notre soeur et comment cette épreuve qu’elle a vécue l’a aidée à se rapprocher de son Créateur. C’est bien là le but des épreuves qu’Il nous envoie. Ma soeur considère-toi comme chanceuse malgré cette douloureuse épreuve car par elle Il t’a élevée dans les degrés de la foi et inchAllah tes filles te feront rentrer au Paradis.

  2. MachaALLAH c’est tout récent, mais cette sœur est très forte.
    Moi je me suis dit combien de fois je souhaitais me retrouver toute seul sans mes enfants alors qu’il y a des mamans qui souhaitent ne pas être séparées de leurs enfants
    rebbi yehdina

Laisser un commentaire