Soumeyya a arrêté la tétine : alhamdoulillah !

12
Crédit photo: Alittlemercerie.com

Crédit photo: Alittlemercerie.com

As salamou aleykoum mes chères soeurs !

Ces temps-ci, je n’étais pas très présente sur le blog. Nous étions en mode ‘sevrage’ avec ma petite Soumeyya. J’ai redouté ce moment, mais alhamdoulillah ! J’ai fait le pas et ce n’était pas si difficile que ça. Après tout, il fallait bien passer par là ))

Je vous explique le tout.

Déjà, le commencement. J’étais une future maman décidée à ne surtout pas donner cette tétine à mon bébé. Je m’étais promis de ne jamais la lui donner. Eh bien, je me suis trompée. J’ai du céder. Soumeyya pleurait vraiment trop. Elle voulais sans cesse téter, mais je n’avais plus la force. J’ai cédé…

Ces derniers temps, j’ai remarqué que certaines dents de Soumeyya ne poussaient pas correctement. Chaque jour, j’observais ses dents, et cela m’intriguait. Alors, j’ai encore un peu patienté, parce qu’il fallait que je sois un peu prête et forte à affronter les pleurs éventuels.

Mardi 10 février, c’était notre premier jour  »arrêt tétine ». Ayant une soeur psychologue, elle m’avait déjà donné des conseils que j’ai précieusement gardé dans un coin de ma tête. La tétine était donc uniquement réservée au sommeil. Pour la sieste de midi et pour le dodo du soir. Et ma petite le sait : lorsqu’elle se réveille, elle enlève sa tétine et me la tend en me disant ‘al’ (‘tiens’ en turc).

Uniquement deux périodes, mais celles-ci devaient tout de même disparaître. Personnellement, je n’ai pas voulu arrêter la tétine en deux temps, même si certains le conseillent. La raison est strictement liée au caractère de ma fille : je sais que ma fille aurait eu encore plus de mal. Un supplice pour elle de pouvoir dormir avec la tétine la nuit mais pas en journée. Chaque enfant est différent.

Pour le premier jour, c’était très difficile : des pleurs, des cris et des crises. 40 minutes le matin, et 40 minutes le soir. J’avais la tête comme un seau. Mais Allah m’a donné une telle patience que j’en suis restée moins même bouche bée. Je lui ai donné ses doudous, sa couverture préférée, mais rien à faire. Elle s’est finalement endormie. Alhamdoulillah.

Et puis, le jour suivant, 20 minutes de pleurs. Matin et soir.

Ensuite le 3e jour : 5 minutes de pleurs à midi et 1 minute le soir.

Le 4e jour : un peu plus, mais elle s’y est habituée.

Le secret ? La soutenir, lui parler. Je lui ai tout expliqué. Je lui ai dit que ce n’est pas facile, que je la comprends, mais que dorénavant, nous allions arrêter la tétine pour son bien puisque ses dents commençaient à être déformées. Que c’est difficile pour elle, mais qu’on va surmonter cela ensemble. Beaucoup de caresses, des câlins, et surtout, lui parler et se mettre à son niveau lorsque vous lui parlez et tenir son petit visage entre vos mains. Soumeyya ne sait pas encore parler, mais je sait qu’elle me comprend. Un enfant a besoin d’explications. Ce serait une injustice de ne rien lui expliquer et de fermer les portes derrière elle.

Le premier soir, je me suis allongée à terre, près de son lit, et après l’avoir rassurée, elle a beaucoup pleuré, mais je devais lui montrer que je suis là pour la soutenir dans cette dure épreuve. C’est si facile de partir. Il faut soutenir l’enfant et surtout ne pas le laisser crier seul pendant des heures. Jamais ! Ca lui laissera une trace et ce lien que vous avez pris du temps de tisser avec lui se brisera.

Et la clé de tout cela : le soutien de papa. Certains vous délégueront toute la tâche qui est tellement difficile. Mais non, le papa a également un rôle dans tout cela. Alhamdoulillah, Abou Soumeyya m’a bien soutenue. De son côté, il a expliqué la même chose que moi à notre petite Soumeyya avec les caresses, câlins et bisous. Et il a même ses propres techniques qui font taire la petite : l’autre jour il est rentré dans le lit de Soumeyya, et ma petite a posé sa tête sur son papa. Et puis elle s’est endormie alhamdoulillah.

N’ayez donc pas peur des nouvelles habitudes. Nos enfants ont besoin de nous, ils ont besoin de tendresse et de se sentir en sécurité. Notre nouvelle habitue avec Soumeyya, ce sont les caresses sur le petit fauteuil qui se trouve dans sa chambre. Celles-ci sont accompagnées des sourates et invocations du soir à voix haute. Ça lui fait un effet un grand bien, ça la relaxe elhamdoulillah. C’est son rite de passage à sa première phase de sommeil.

Après ce sevrage, Soumeyya a attrapé une sale habitude de s’endormir en criant. Ça commençait à devenir lourd pour moi. Je me suis demandée pourquoi elle faisait ça. En fait, Soumeyya pensait que c’est en criant qu’elle doit désormais s’endormir. C’est devenu comme une habitude. Puisque les premiers jours, elle criait parce qu’elle voulait sa tétine et finissait par s’endormir après plusieurs minutes de cris. Les jours suivants, elle a continué avec cette habitude, sans vraiment savoir pourquoi elle criait. Alors un jour, je suis allée près d’elle et lui ai dit :

‘Soumeyya, ma chérie, tu sais que tu n’es pas obligée de crier pour t’endormir ? C’est triste parce que tu te fais du mal. Tu vas avoir mal à la gorge en criant comme ça. Et puis, moi aussi j’ai mal aux oreilles. Nous sommes des gens calmes, tu le sais bien. Tu n’es pas obligée de crier pour t’endormir tu sais ?’

Eh bien, figurez-vous qu’elle ma écoutée, m’a regardée dans les yeux et puis s’est tue. Et désormais, elle dort sans crier alhamdoulillah.

Ne vous énervez pas. Votre enfant ne comprendra pas. Il n’y peut rien. Vous ne ferez rien d’autre que le blesser.

Comme toute épreuve, je suis soulagée d’avoir laissé la tétine derrière le dos alhamdoulillah. Parce que c’était le seule chose que je ne devais pas oublier et qui devait toujours être dans mon sac pour les petits et longs voyages. Et pour les longs déplacements, si c’est oublié, c’est foutu.

N’oubliez surtout pas les invocations! Ca fonctionne super bien et ça nous aide à patienter, nous les parents. Et ça soulage l’enfant. Après tout, c’est Allah qui nous aide dans toute chose. Sans Lui, nous ne pourrons rien surmonter.

Qu’Allah aide tous les parents et enfants qui vont passer par là très bientôt…

Oum Soumeyya

Partagez.

À propos de l’auteur

12 commentaires

  1. Salam mouhalaykum sa va sa fait longtemps je voulais juste avoir de tes nouvelles et tes enfants vont bien désoler pour le dérangement

    • Barakallahou fiki ma soeur. Qu’Allah fasse de nous des bonnes mères. C’est pas facile, mais c’est le plus beau métier du monde. On essaye d’être à la hauteur. Alhamdoulillah.

  2. Assalamu ‘ alaykum.
    MashaAllah très bel article, très intéressant
    je suis à peu près dans la période que toi ou je réfléchis au jour où je devrais enlever la tétine à ma fille
    je voulais juste savoir à quel âge le lui as tu enlevé pour que j’ai une idée concernant ma fille
    Barakallahufiki

    • Wa aleykoumselam wa rahmetoullah ma soeur,

      Nous avons arrêté à 1 an et demi. J’avais entrepris plusieurs recherches à ce sujet, et les pédiatres disent que plus tu arrêtes tard, plus l’enfant aura du mal à s’en séparer. Il en devient accro… Et comme quand ils sont grands ils ont du caractère, ça devient difficile. Je te conseille de faire le pas inchaAllah. Prépare ton enfant: explique-lui petit à petit qu’elle va se séparer de sa tétine parce qu’elle grandit. Surtout préviens le papa aussi, pour qu’il ne cède pas. Et si vous avez d’autres bébés dans la famille, éviter le contact pendant ce moment, parce que ta fille pourrait faire une ‘rechute’ si elle voit un bébé de votre famille avec une tétine…

      Aie confiance en Allah, ça va aller ))

      • Assalamu ‘ alaykum wa rahmatullah ukhty
        Barakallahufiki pour ta réponse
        en effet , je te comprend totalement quand tu dis qu’ils en deviennent accros car ma fille a 1 an et elle ne peut pas s’en passer pour dormir , ou quand elle pleure.
        Je vais biidhnillah essayer de passer le cap, tout en sachant que c’est un chemin assez difficile (connaissant le caractère de binti )
        Je sais très bien qu’il est important d’expliquer la chose à l’enfant mais j’ai l’impression que c’est une chose qu’elle n’arrivera pas à comprendre
        khayr inshaAllah.
        En tout cas Barakallahufiki pour tes conseils

        • Wa aleykoumselam wa rahmatoullah wa barakatouh ma soeur,

          Qu’Allah t’aide à passer le cap, fais un tour sur le blog quand ça sera fini inchaAllah. Ou même, quand tu es en train de la ‘servrer’ pour que l’on te donne d’autres conseils si tu en as besoin.

  3. Salam aleykoum,

    Nous avons eu plus ou moins la même expérience lorsque mon fils devait être sevré du sein à 2 ans.
    C’était une périodes difficile. Il a définitivement arrêté à 2 ans et 3 mois allhamdullilah.
    C’etait une sounna et grande Niema. Il a bcp evolué et grandit après celà je trouve. Je ne le voyais plus du tt comm un bébé.

    • Aleykoumselam wa rahmatoullahma soeur Nour,

      Tu as raison, c’est une épreuve pour eux qui les rend mature )) Même si cela paraît bizarre. Ils entrent dans la catégorie ‘enfant’ et voient les autres comme des bébés. Ma fille appelle les autre ‘bébé’ par exemple, et se dit être ‘abla’ (en turc, ça veut dire grande soeur)

  4. Ummu AbdAllah sur

    As selamu aleykunna akhawatt ! El hamduliLah mon fils a laisser sa tétine tout seul sans même que je m’en aperçoit cependant il ne dors pas seul et à du mal à être seul dans sa chambre , pouvez vous écrire un article sur le sommeil de bebe (15mois)

    • Wa aleykoum selam wa rahmatoullah ma soeur,

      N’oublie pas qu’un bébé reste un bébé et uq’il a besoin de réconfort. Certians bébés ont besoin de plus de câlins que d’autres. Ils en ont tous besoin c’est clair, mais certains plus que d’autres. Et puis, c’est ps facile de changer de chambre, et s’éloigner de la maman. Le lien maman-bébé est important, il ne faut donc pas écouter les mauvais conseils qui nous disent ‘ne le tiens pas trop dans tes bras, il va s’y habituer’… Soumeyya a grandi et même sije le veut, elle est trop lourde pour que je la garde trop longtemps dans mes bras. Ca passe tellement vite… Et puis, des fois l’enfant ne voudra pas forcément des câlins et vous repoussera. C’est là qu’on se dit ‘heureusement que je l’ai bien câlinée quand elle était bébé’.

Laisser un commentaire