« Un enfant gardé par les grands-parents »

9

As salamou aleykoum wa rahmatoullah mes chères soeurs,

Aujourd’hui, j’aimerais aborder avec vous un thème important, qui me tient vraiment à coeur. Dans mon entourage, depuis ma jeunesse, je vois des mamans qui ont des enfants et qui ‘coupent’ littéralement ce lien avec leur enfant pour choisir l’option du travail, alors qu’elles ne sont pas dans une nécessité absolue. Le travail est un plaisir, un moyen de socialisation pour ces mamans. Elles ont fait leur choix, personne ne pourra leur faire changer d’avis. Je ne comprenais pas, depuis toute petite, pourquoi ces mamans partaient et laissaient ces enfants des journées entières chez la grand-mère.

Ce qui me brise le coeur, ce ne sont pas ces mamans qui travaillent, mais ces enfants qui n’ont pas de stabilité dans leur vie, qui sont gardés par une grand-mère et puis l’autre comme une balle de ping-pong. Un enfant qui est perdu au final parce que chaque foyer a ses propres règles. Un enfant qui ne vit pas chez lui, comme s’il était orphelin. Un enfant qui voit ses parents, et surtout sa maman uniquement le soir : une maman épuisée par le travail, qui n’a pas vraiment la tête pour s’occuper de ce pauvre enfant, qui l’a attendu avec tant d’espoir. Ces enfants sont victimes des choix de leurs parents. Est-ce trop demandé à une maman de garder son enfant ? Un enfant n’est pas un fardeau, c’est un cadeau d’Allah…

Ci-après, vous trouverez les mots du Pédagogue Adem Günes qui répond à une question d’une soeur. La réponse est très intéressante. (C’était une réponse audio que j’ai retranscrite pour vous mes soeurs.)


Question :

Mon fils a 2 ans. C’est la grand-mère maternelle et la grand-mère paternelle qui le gardent chacune leur tour. J’aimerais l’envoyer à la crèche, quelle décision devrions-nous prendre ?

Réponse du Pédagogue Adem Günes :

Il n’est pas correct de faire garder un enfant de 2 ans une fois par la grand-mère maternelle, et une fois par la grand-mère paternelle. Jusqu’à 2 ans (et puis jusqu’à ses 4 ans), l’enfant ne doit avoir un lien fort qu’avec une seule personne ! L’enfant doit s’attacher très fortement, de toute son âme à une seule personne ! L’enfant doit assouvir ses besoins sentimentaux en son temps et de la manière qu’il le faut avec l’aide d’une seule personne.

Quelle sera la conséquence d’un besoin assouvi en son temps ? La satisfaction. Chaque fois qu’un besoin sera assouvi à temps, il y aura une satisfaction psychique. Qu’est-ce que cette satisfaction psychique ? L’enfant aura un état de sérénité. Si les besoins ne sont pas assouvis à temps, il y aura une tension, et cette tension donnera lieu à de l’agressivité, de la hargne. Les enfants qui n’ont pas d’assouvissement psychique seront agressifs.

Les parents disent en se plaignant : ‘Je m’occupe toujours de l’enfant, je peux pas non plus jouer avec lui du matin au soir !! Je m’en occupe et malgré cela il est grincheux.‘ En fait, la réponse de cela est que l’enfant n’arrive pas à être satisfait.

Mais au fait, quand est-ce qu’un enfant sera satisfait ? Un enfant sera satisfait s’il se trouve dans son propre monde, avec un adulte qui sait s’adresser à l’enfant et qui le comprend. Tout comme un couple de mariés qui se tiennent par la main et se rencontrent, se lancent des sourires quand ils sont dans le même atmosphère psychique, ces maris et femmes ont ce sentiment de satisfaction, n’est-ce pas ? C’est pareil pour l’enfant. Si une maman arrive à entrer dans l’univers de son enfant – je ne parle pas de faire jouer l’enfant – vous devez entrer dans l’univers de l’enfant ! Qu’est-ce que cela signifie ? C’est un thème à aborder longuement…

L’enfant ne vit pas dans le même univers que l’adulte. Pourquoi est-ce que je vous explique tout cela ? En fait, s’il n’y a qu’un seul adulte qui créé un lien avec l’enfant, la satisfaction psychique de l’enfant se produira plus facilement. Cependant, si l’enfant reste parfois chez la grand-mère maternelle, parfois chez la grand-mère paternelle, parfois chez une autre mère, parfois chez une autre personne, cette satisfaction psychique ne pourra pas avoir lieu, et tout comme elle ne peut pas avoir lieu, l’enfant sera grincheux.

Les besoins sentimentaux d’un enfant doivent être assouvis à temps et suffisamment. Et quand ils ne sont pas suffisamment assouvis, que se passera-t-il ? Il y aura deux situations. L’enfant sera soit ‘pourri gâté’, soit ‘pot de colle, frotte-manche’. Ces deux comportements se ressemblent, cependant, leur racine psychique est différente. On appelle ‘pot de colle/ frotte-manche’ un enfant qui est en manque d’affection et qui essaye de se faire aimer ; en se comportant ainsi, l’enfant pense qu’il va se faire aimer. Par exemple, l’enfant ira lécher le bras de sa maman, il touchera le visage de son papa, il sautera autour de ses parents comme un petit papillon, ou alors il frappera et s’enfuira, il crachera,… et puis les parents et l’entourage disent ‘qu’arrive-t-il à cet enfant ?‘ Si seulement vous connaissiez l’histoire de cet enfant ! L’enfant essaye, de cette façon, d’attendrir cette mère dure, ce père dur. L’enfant croit qu’en crachant, frappant,… il va être aimé. L’enfant fait n’importe quoi et fait le gâté parce qu’il y a un manque d’affection qu’il n’arrive pas à combler et que personne n’a comblé.

Si, malgré l’affection donnée à l’enfant, l’enfant se comporte de cette façon, c’est qu’il est gâté. L’origine psychique d’un enfant gâté et capricieux se situe dans une overdose d’amour et en conséquence l’enfant ne sais plus quoi faire et comment se comporter. L’un est un comportement qui naît suite à une overdose d’amour donnée à l’enfant, et l’autre est un comportement anormal chez un enfant qui a été privé d’amour.

Pourquoi nous parlons de tout cela ? Si un enfant est gardé par les grands-mères, on verra ce genre de comportement – c’est-à-dire collant, gâté, capricieux, agressif – chez l’enfant. L’enfant doit se lier à une seule personne ! Ayez un lien de confiance avec votre enfant. Qu’est-ce que cette liaison, ce lien dont je parle ? La vie est basée sur les liaisons et les séparations. Pouvoir se séparer sans souffrir, et pouvoir se lier en pleine confiance et sécurité, et avoir confiance en la personne à laquelle on se lie, est une chose qui retourne jusqu’à l’enfance de chaque personne. L’enfant qui a un lien de confiance avec sa maman […] qui assouvit ses besoins sentimentaux en son temps et suffisamment, apprend une chose : il apprend à se lier. Un enfant qui apprend à se lier, se liera aussi avec sa famille. Nous appelons cela ‘le sentiment d’appartenance‘. L’enfant qui aura acquis ce sentiment d’appartenance passera à l’étape suivante qui sont ‘les liaisons abstraites‘. L’enfant s’est d’abord lié à sa maman, et puis à sa famille, et l’étape d’après est la liaison à la croyance. L’enfant aura ainsi acquis des liens spirituels. Et avec ces liaisons abstraites, l’enfant se liera à Allah azzewejel.

Certains parents frappent leur enfant, ils exerces une violence morale et physique, et malgré cela, l’enfant est lié à eux. Ceci n’est pas une liaison saine, c’est ce que nous appelons liaison pathologique. L’enfant est lié aux parents par la peur, par le traumatisme. L’enfant fait tout ce que le parent lui dit de faire et n’est pas lui-même en fait : il est comme le parent voudrait qu’il soit afin d’échapper à la violence. Une personne victime de violence sera liée à la personne qui lui fait subir cette violence.

N’oubliez pas cela : L’enfant n’atteindra le calme, la tranquillité et la sérénité que lorsqu’il aura atteint cette satisfaction sentimentale. »


Qu’Allah nous permette d’être des mamans responsables de nos enfants, et qui ne confient pas la garde des leurs enfants à une tierce personne pour des choix mondains, sauf en cas de nécessité absolue comme la maladie. Rien qu’à l’idée qu’une autre personne soit le premier témoin des premiers pas, des premières dents, des premiers mots de mon enfant, cela me fait mal au coeur…

Retranscrit et traduit par votre soeur Oum Soumeyya

Partagez.

À propos de l’auteur

9 commentaires

    • Wa aleykoum selam ma soeur,

      Tous les livres d’Adem Günes sont en turc, il en a aussi en anglais. Si tu comprends l’anglais, tu peux commander ses livres.
      Je traduis ses écrits sur mon blog parce que la langue ne devrait pas être une barrière à l’accès de ce genre de mine d’or.
      Qu’Allah te garde ma soeur,
      Oum Soumeyya

  1. Salamou ‘aleykoum ma soeur je tiens à te remercier pour ton travail qu’Allah te récompense je n’est pas encore d’enfant mais j’apprécie vraiment te articles ils m’aident beaucoup à me préparer in chaa allah … que dieu facilite à toute les mamans ?

    • Wa aleykoum selam wa rahmatoullah ma soeur,

      Barakallahou fiki,

      Je suis heureuse de voir que tu te prépare ‘déjà’. Parce qu’être mère, c’est un art et un métier auquel il faut se préparer. Qu’Allah te facilite! N’oublie pas de e prépareru n petit carnet avec toutes les notes que tu aurais prises sur le sujet de l’éducaiton des enfants. C’est très important afin de ne rien oublier et de pouvoir te relire le moment venu inchaallah ))

      • Wafik. Amin, oui sobhana llah j’appréhende tellement de ne pas être à la hauteur que j’essaie de voir justement celles qui ont l’expérience et de bons conseils..
        Tiens je n’y avais pas penser c’est une très bonne idée je vais le faire bi idni llah comme sa je pourrais relire d’autre articles plus ancien ma shaa allah merci beaucoup et bonne continuation à toi ma soeur <3

  2. Salam Aleykoum moi je voudrais apporter mon témoignage.

    Ma fille a eu 1 an lorsque j’ai repris le travail. Mais c’était du mi temps et sa tante l’a gardé presque 1 an. Ma shaa a Llah elle s’est adaptée et s’est attachée à elle. La tata Qu’Allah la préserve était ferme et quand il fallait être stricte elle le faisait.

    Je préfère que mes enfants soient gardes par ma famille que par des inconnus ou assistantes maternelles douteuses. Et il faut savoir que la vie est devenue chère c’est difficile de vivre avec un seul salaire , le mari doit déjà aider ses proches et nous faut bien aider nos parents lorsqu’ils sont âgés… La meilleure aumône est celle de la famille wa Allahou alem. Je préfère travailler que de mendier.

    Et le mari ne peut pas toujours répondre à nos besoins matériels mes sœurs. Donc n’idealisez pas la vie de couple.

    Je ne souhaite à personne d’être en galère financière subhaana ????. De voir son compte dans le rouge quelle angoisse! Qu’Allah nous facilite!

    Sinon l’entrepreneuriat est une bonne solution.

  3. Petite fleur ma shaa Llah tu te renseignes c’est bien. Comme ça tu pourras te poser les bonnes questions avant de te marier et choisir un époux qui correspond à tes critères.

Laisser un commentaire