Témoignage: Maman pour la première fois (3)

1

As salamou aleykoum wa rahmatoullah mes chères soeurs,

Il y a quelques jours, nous avons une soeur qui s’est proposée pour répondre aux questions de l’interview concernant les nouvelles mamans. Ca vous avait manqué n’est-ce pas? Ceci m’a fait chaud au coeur, puisque les deux premiers témoignages ont aidés de nombreuses soeurs.  Alhamdoulillah.

Aujourd’hui, c’est notre soeur Oum Younous qui a pris la plume pour nous dire plein de choses intéressantes.

Laissons-lui la parole sans plus attendre.

Barakallahou fiki Oum Younous!

Pour les soeurs qui voudraient elles aussi partager leur expérience enrichissante, contactez-moi à l’adresse suivante: oumsoumeyya@outlook.com. Je vous enverrai le questionnaire avec plaisir ))


Crédit photo: La boutique des bois

Crédit photo: La boutique des bois

 

Comment était ta relation avec ton époux avant que bébé arrive et maintenant ? Il y a-t-il des éléments qui te manquent ?

Avec mon mari nous sommes différents dans nos personnalités et caractères, alhamdouliLlahi nous avons réussi à être complémentaires malgré tout. Quelques mois depuis la naissance de notre fils, nous arrivons petit à petit à retrouver notre couple au sein de notre nouveau rôle « parent ». Ce qui me manque, c’est le temps que je n’ai plus. C’est quand on perd les choses qu’on se rend compte de leur importance et de leur valeur.

Ton époux a-t-il assisté à l’accouchement ? Explique-nous brièvement comment cela s’est passé jusqu’à l’arrivée de bébé.

Concernant mon accouchement et ce que j’ai pu lire comme témoignage d’accouchement, par la Grâce d’Allah et je le remercie, j’ai eu un bon accouchement ! Cela s’est bien passé dans l’ensemble hormis la descente de mon fils dans le bassin qui a été un peu longue. Je voulais accoucher le plus naturellement possible en milieu médical et ça a été le cas. Au moment de l’expulsion, une sage-femme a dit à mon mari, « Regardez-la on ne dirait pas que c’est sur le point de finir ! » ^^
Mon époux a assisté à l’accouchement alhamdouliLlahi. Je tenais beaucoup à sa présence au moment où notre fils allait enfin nous rencontrer dans cette vie.

Avais-tu peur de l’accouchement ? Si oui, qu’est-ce qui t’a aidé à te rassurer et à surmonter cette peur ?

J’appréhendais beaucoup l’accouchement. La cause principale qui m’a aidée à me rassurer a été de suivre les cours de préparation à l’accouchement. Comprendre le déroulement des événements durant l’accouchement, les prémices qui nous indiquent que le travail s’est enclenché, la façon de gérer les contractions, la respiration… Enfin, avoir une idée plus concrète de ce qui m’attendait m’a aidé à me préparer psychologiquement à ce moment et relativiser. Sans oublier bien sûr, les invocations, la confiance en Allah, s’en remettre à Lui.

Qu’as-tu pris dans ta valise de maternité?

En plus de la liste que la maternité m’avait donnée, j’ai rajouté sur les conseils de la sage-femme le coussin d’allaitement ainsi que les voiles et ‘abaya.

Après l’accouchement, comment as-tu ressenti le changement de ton corps ?

Lorsque la sage-femme a appuyé sur mon ventre pour sortir le reste après la venue de mon fils, j’ai été choquée de voir l’état de mon ventre avec des vergetures que je n’avais même pas vu tellement il était gros ! Je n’ai pas reconnu mon ventre, tout flasque, j’osais à peine le toucher tellement il m’impressionnait.

As-tu es le baby blues ?

Oui, je l’ai eu. L’après-accouchement m’a été un choc psychologique, je n’ai rien contrôlé. Aujourd’hui encore, il me reste encore quelques « séquelles » si je puis dire.

Quelles personnes aurais-tu aimé avoir à tes côtés à l’hôpital mais qui n’est pas venue te rendre visite pour différentes raisons ?

Des sœurs que j’affectionne mais faut dire qu’avec les visites médicales, familiales, le bébé, l’allaitement sans oublier la fatigue de l’accouchement des premiers jours et premières nuits ; recevoir beaucoup de monde en si peu de temps, c’est trop d’un coup.

Quelle a été la remarque négative sur ton corps qui t’a vraiment blessée après l’accouchement ? Comment as-tu pris la chose ?

Je ne m’en souviens pas.

Comment as-tu géré les visites ‘excessives’ à l’hôpital ? Entre le repos, la douche et l’allaitement, comment t’es-tu prise ?

J’ai accouché en fin de matinée, les visites étaient autorisées uniquement l’après-midi. Sans péri, j’étais vite sur mes deux jambes alhamdouliLlahi, et avec toute la transpiration que l’accouchement m’a demandé sans parler des lochies, j’ai pas perdu de temps à aller prendre une douche avant les visites.
Sinon c’était douche le matin après les visites médicales pendant que mon fils dormait en top chrono lol. J’évitais le plus possible d’allaiter devant celles qui me visitaient par pudeur. L’avant dernier jour, j’ai refusé les visites ; besoin de me reposer, reprendre mes esprits et apprendre à connaître mon enfant.

Quel est le plus beau cadeau que l’on t’ai acheté lorsque tu étais à l’hôpital ?

Les cadeaux étaient destinés à mon fils donc… )

Comment s’est passé l’allaitement ? Exlique-nous ce que tu as ressenti, et les solutions que tu as trouvée pour être plus à l’aise lorsque tu allaites.

L’allaitement a été éprouvant les premières semaines. J’en suis même venue à me demander comment les femmes trouvaient-elles un plaisir à allaiter… Lorsque j’ai demandé de l’aide à l’hôpital la première nuit pour la mise au sein, on m’a proposé le complément… Que j’ai refusé. Trop facile. Puis, c’est un droit de mon enfant sur moi de lui donner le lait maternel. J’ai persévéré, patienté et invoqué et aujourd’hui walhamdouliLlahi je suis contente de ne pas avoir de biberons à stériliser, laver, préparer, chauffer, ni même me lever la nuit ! C’est un grand bienfait et une grande facilité ! Au début, le temps que l’allaitement se calait sur le rythme des tétées ; c’était pas évident psychologiquement et vestimentairement d’avoir quasi constamment les sous-vêtements et les hauts trempés. J’utilisais beaucoup les coussins d’allaitement la nuit et la journée les coupelles qu’il faut vider une fois remplies.

La première fois avec bébé à la maison, c’était comment ?

Comment dire… Bizarre. Heureuse mais sans plus. J’ai mis du temps à accepter que j’ étais maman. Je considère la première fois avec bébé trois semaines après sa naissance, lorsqu’on a enfin pu avoir un propre chez nous. Là, j’ai commencé à m’épanouir, à gérer mon petit foyer, et reprendre confiance en moi.

Quelles erreurs ne commettras-tu plus pour son second enfant si Allah te permet d’en avoir un ?

Si Allah me permet d’avoir un second enfant, j’aimerais ne plus mettre autant de temps à prendre psychologiquement (ça se passe beaucoup dans la tête) mon rôle de maman à cœur et profiter de tous les moments possibles pour tisser le lien dès la naissance comme le fameux peau à peau.

Question un peu personnelle, qui rassurera les autres futures mamans : parle-nous de tes lochies. Combien de temps ont-elles duré ? Comment t’adaptais-tu en fonction de ton habillement pour éviter que ça tâche ?

Mes lochies ont duré deux mois. La première semaine, elles étaient abondantes donc je changeais régulièrement. J’ai géré les lochies comme lorsque j’ai mes menstrues.

Maman pour la première fois fait parfois oublier à certaines femmes qu’elles sont encore une femme et qu’elles se doivent de prendre soin d’elles. Comment être nouvelle maman tout en étant toujours coquette ?

Après les nuits mouvementées et un petit déj’, se laver en top chrono dès que mon fils dormait. Mettre des vêtements plaisants à voir. S’occuper de ses cheveux. Maquiller ses yeux ne serait-ce qu’avec du crayon. Et mettre un peu de musc. Avec tout cela, pour soi-même moralement et s’occuper du nouveau bébé, c’est motivant.

Et ton époux dans tout cela, se sentait-il impliqué ? A-t-il rapidement accepté son nouveau rôle de papa ?

Il s’est impliqué instinctivement et je n’ai pas voulu le laisser en retrait. C’est notre enfant et pas le mien ni le sien seulement.

Serait-il possible que tu lui demandes ce qu’un homme ressent lorsqu’il devient papa et que tu nous écris exactement ses mots?

« Dès que je l’ai vu, je l’ai directement aimé et j’étais heureux, un grand bonheur ! »

Quel est le moment le plus triste que tu as vécu avec bébé et qui t’a fait pleurer ?

Peu de temps après sa naissance. J’étais fatiguée en fin de journée, ce qui m’a rendue nerveuse. Mon fils était aussi fatigué et devait ressentir ma nervosité, qui devait être un frein pour qu’il s’apaise. Mon mari me l’a pris pour passer le relais à sa maman. A peine dans les bras de sa mamie, il a trouvé le sommeil. Ce moment-là m’a fait mal au cœur.  

Quel est le moment le plus comique avec bébé ?

Un parmi de nombreux machâAllah. Un soir, dans les bras de mon époux, il s’endormait. Dans les premières minutes, sûrement en phase de rêve. On le voyait sourire à la limite du rire. C’était comique.

Comment as-tu géré les pleurs de bébé durant la nuit ? Comment t’es-tu prise pour te reposer malgré tout ?

Cinq mois après, mon fils ne fait toujours pas ses nuits… Je ne dirais pas que c’est facile moralement mais faut accepter l’épreuve, ce qui aide beaucoup et permet de gérer plus facilement la situation et mieux la vivre. On passe tous par ces moments plus ou moins longs en fonction des bébés. Allah nous dit dans Son Noble Livre à deux reprises « Après la difficulté, vient la facilité ». Il ne manque pas à sa promesse.

Pour me reposer, en même temps que mon fils la plupart du temps. Ou sinon mon mari s’occupe de lui une heure voire deux, pour que je puisse me détendre et me reposer. AlhamdouliLlahi.

Et les tâches ménagères ?

Ne rien laisser s’accumuler. Retrouver une organisation efficace. Ne pas hésiter à demander à notre mari s’il peut faire le repas ou bien s’occuper de l’enfant.

Lorsqu’on se retrouve seule, utiliser les transats, porte-bébé/écharpe de portage, qui sont bien utiles alhamdouliLlahi.

Un dernier conseil que tu désirerais donner aux soeurs enceintes qui vont être maman pour la première fois ?

Profiter du temps que vous avez pour dormir de longues heures sans interruption ^^ Profiter aussi de ces derniers moments pour avancer religieusement/spirituellement. Profitez de vos derniers moments entre époux car les premières semaines après l’accouchement voire mois, le couple passe en dernier plan.

J’ai dû passer les trois premières semaines chez mes beaux-parents après l’accouchement. Même si on a envie de se retrouver à trois. Avoir eu ma belle-mère qui s’occupait du linge et des repas a été un grand bienfait. Et profiter de son expérience aussi pour faire face aux premières paniques face à notre enfant. Si vous pouvez et que vous avez envie de passer du temps chez votre famille ou belle-famille, faites-le inchâAllah.

Combien de temps t’a-t-il fallu pour reprendre plus ou moins ton corps ‘avant grossesse’ ?

Un mois et demi à peu près. AlhamdouliLlahi l’allaitement est une bonne façon de perdre les kilos pris durant la grossesse voire plus.

Quels étaient tes secrets beauté grossesse et après accouchement ?

Avoir une garde-robe plaisante et séduisante malgré les inconvénients du corps durant et après la grossesse. Rester propre sur soi.

Dernière question : quelles sont les choses les plus blessantes que l’on t’a dite et quels sont les conseils que tu aimerais donner aux soeurs sensibles qui n’arrivent pas à se faire écouter (surtout celles qui vivent avec ou pas loin de leur belle-mère qui pensent bien faire en prenant des décisions pour le bébé ?)

Cette question va être un peu compliquée car étant une personne assez susceptible. Néanmoins face aux conseils, je les écoute et libre à moi de les appliquer ou non. Ensuite, avec la fatigue et être constamment avec notre enfant, on n’a pas le temps ni l’énergie de prendre du recul, et l’œil extérieur nous permet par la grâce d’Allah de trouver la solution ou comprendre le pourquoi d’une situation quelconque.

Vous verrez par vous-mêmes si ce n’est déjà vu durant votre grossesse, qu’on se sent honteuse et nulle d’avoir pu penser ou dire telle ou telle chose sur sa belle-mère, l’éducation qu’elle a donné ou sa façon de s’organiser. Parce que et ça revient toujours à la même chose pour n’importe quelle situation ; on ne peut véritablement comprendre uniquement quand on vit la chose.

 

 

Partagez.

À propos de l’auteur

Un commentaire

  1. Salam Aleikoum, j’attend mon premier enfant pour fin juillet inchaAllah et je trouve très intéressant ce questionnaire.

    BarakaAllah oufik à vous deux pour ces infos. Et je serais ravie de le remplir aussi après mon accouchement afin d’aider les soeurs dans cet étape de leur vie.

Laisser un commentaire